L’OMS MISE EN CAUSE DANS DES VIOLENCES SEXUELLES

news-details
RDC

L’OMS a été gravement mise en cause par une commission d’enquête sur les violences sexuelles commises par ses employés contre des dizaines de personnes en République démocratique du Congo, qui dénonce des « défaillances structurelles » et des « négligences individuelles ».

Ces abus sexuels ont été commis par des membres du personnel, aussi bien embauchés localement que par des membres internationaux des équipes chargées de lutter contre l’épidémie d’Ebola qui a sévi en RDC entre 2018 et 2020, notent les enquêteurs qui ont interrogé des dizaines de femmes s’étant vu proposer du travail en échange de rapports sexuels ou victimes de viol.
Dans les propos liminaires, la commission d’enquête indépendante - lancée en octobre 2020 par le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé Tedros Adhanom Ghebreyesus - dresse un tableau très sombre de la situation sur place.
Elle constate « l’ampleur des incidents d’exploitation et d’abus sexuels lors de la riposte à la 10e flambée d’Ebola, toute chose ayant contribué à accroître la vulnérabilité des “victimes présumées”, lesquelles n’ont pas bénéficié de l’aide et de l’assistance nécessaires qu’exigeaient de telles expériences dégradantes ».
« Je suis désolé »

« La première chose que je tiens à dire aux victimes et aux survivants c’est que je suis désolé. Je suis désolé, désolé de ce qui vous a été imposé par des personnes qui étaient employées par l’OMS pour vous servir et vous protéger », a déclaré le Dr Tedros, promettant des « conséquences sévères » aux responsables, lors d’un point de presse sur les conclusions de la commission.

« C’est un sombre jour pour l’OMS », a reconnu le directeur général, qui brigue un second mandat à la tête de l’organisation, une candidature pour laquelle il a eu la semaine dernière un soutien de la majorité des pays de l’Union européenne, mais aussi du Kenya

Vous pouvez réagir à cet article