L’UE ET LA BANQUE EUROPÉENNE S’ENGAGENT À SOUTENIR LA PHASE 2

news-details
PSE

Amadou Bâ, le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, et sa délégation (composée du l’Ambassadeur du Sénégal en Belgique, au Luxembourg et à l’UE, Amadou Diop, le Directeur général du Budget, Mamadou Moustapha Bâ, ses conseillers diplomatiques et communicationnels), ont rencontré la commission de l’Union européenne (UE), à Bruxelles.

A l’occasion, l’argentier de l’Etat a saisi l’occasion pour présenter les performances du Sénégal obtenues grâce à la mise en œuvre du premier programme d’actions prioritaires (2014-2018) du Plan Sénégal émergent (PSE) avec ses nombreux projets économiques et sociaux (PUDC, PUMA, PRODAC, PROMOVILLES, DER, CMU, Programme national de bourses de sécurité familiale etc.) lancés par le chef de l’Etat pour améliorer dans les villes et villages du pays, le bien-être des Sénégalais.

En 2014, le Sénégal qui cherchait un financement de 1,864 milliard de FCFA, en avait obtenu plus de 3,729. Aujourd’hui, il totalise plus de 6 mille milliards FCFA à quelques semaines du bouclage de la phase 1, rapporte Le Soleil dans son édition du jour.

La phase 2 du PSE, démarre dès le début de l’année 2019, avec de nouveaux et structurants projets et des réformes pour moderniser et améliorer, en particulier la fiscalité, l’administration et le système éducatif ainsi que l’environnement des affaires.

Dans ce sillage, le Sénégal va présenter, les 17 et 18 décembre prochain, à Paris, son deuxième programme d’actions prioritaires lors du huitième groupe consultatif du Sénégal avec les partenaires techniques et financiers et du Forum avec les investisseurs. Lors de la rencontre tenue à Bruxelles, Amadou Bâ a invité le commissaire en charge de la coopération Neven Mimica à y participer activement.

De son côté, les responsables de l’UE ont salué la qualité de la coopération avec le Sénégal. Et ils ont promis de la renforcer afin de contribuer à la création de richesses et d’emplois, gage d’une lutte efficace contre l’émigration clandestine. L’UE s’est, également, engagée à soutenir la phase 2, par le biais de son plan extérieur d’investissements.

Vous pouvez réagir à cet article