L’UMS TANCE Me BABOU POUR SON COMPORTEMENT LORS D’UN PROCÈS À DIOURBEL

news-details
JUSTICE

L’Union des magistrats du Sénégal (UMS) est sidérée par l’esclandre survenu au tribunal de Diourbel, entre Me Abdoulaye Babou et le Procureur, Mamadou Saïdou Diaw. Dans leur communiqué, Souleymane Téliko, le président de l’UMS, et Cie n’ont pas raté l’avocat.

"Au cours de l’audience correctionnelle tenu le mardi 1er juin, par le Tribunal de Grande instance de Diourbel, Me Abdoulaye Babou, avocat à la Cour, sous prétexte de son appartenance à la communauté mouride, et au mépris des règles élémentaires de courtoisie et de respect qui prévalent au sein de l’institution judiciaire, a tenu des propos outrageants à l’endroit du représentant du Parquet, à qui il a imputé des propos sortis de sa seule imagination", s’indignent-ils dans le document.

Les magistrats y ajoutent pour le regretter, que la robe noire "a incité l’assistance au soulèvement en jouant sur la fibre sensible des fidèles mourides et tenté de livrer le magistrat à la vindicte populaire. Non contant d’avoir troublé l’audience, manqué de respect au pouvoir judiciaire et mis en danger la vie d’autrui, il a persisté dans son dessein subversif en se rendant devant les médias pour soutenir, sans aucune indication concrète, que celui-ci avait tenu des propos injurieux ou outranciers à l’égard de Serigne Touba."

"L’UMS condamne fermement ces actes inqualifiables qui, au-delà de l’offense particulièrement injuste faite au collègue concerné, constituent un affront à l’institution judiciaire dans son ensemble. Elle rappelle que le respect dû à la Justice s’impose à tous, y compris aux avocats, et manifeste à cet égard sa vive désapprobation et sa profonde indignation quant au comportement de cet auxiliaire de justice."

Pour terminer, Teliko et Cie invitent les autorités judiciaires "à engager les poursuites qui s’imposent" et se réserve "le droit d’user de tous les moyens légaux pour que pareil acte ne se reproduise".

Vous pouvez réagir à cet article