image

L’UNANIMITÉ AUTOUR DE LA DIMENSION EXCEPTIONNELLE DE L’HOMME

image

Lamine Diack a beaucoup servi Dakar. Et c’est dans la capitale sénégalaise même que l’ancien président de l’IAAF a été inhumé, ce vendredi 3 décembre, 2021. Ses proches retiennent de lui, son caractère multidimensionnel symbolisé par sa carrière très riche. « C’est un grand homme. Il a eu un parcours hors norme. Partout où il est passé, Lamine Diack a donné des leçons de vie qui ont été retenues. Je garderais de lui, l’image d’un homme équilibré, jovial mais sincère. Un homme de foie », a témoigné son ex employé à la ville de Dakar, aujourd’hui à la retraite, Mayacine Gaye.

Ancien Secrétaire administratif du Jaraaf, le club de cœur du défunt, l’historien, Pr Mbaye Thiam, met au goût du jour le parcours académique de Lamine Diack. C’est en faisant le traitement du fond d’archives de la Faculté des Sciences économiques et de Droit, de l’université de Dakar, que Pr Thiam avait découvert le volet académique du président Diack. « J’ai découvert que la première promotion de licence, en Droit de cette université et donc d’Afrique francophone, comprenez entre autre une dizaine de personnes, dont Lamine Diack, Abdou Diouf et Makhtar Diouri, ancien inspecteur général d’Etat. Donc, Lamine Diack fait partie des premiers cadres du Sénégal ce qui lui a permis d’aller faire l’école des Impôts en France et de revenir au service de son pays. Il a eu une trajectoire politique par accident, en 1969, sous la demande du président Senghor. Son favori était le sport et l’administration », renseigne le Chroniqueur d’Iradio (90.3).

L’actuel président du Jaraaf, Cheikh Seck, lui, souligne la générosité légendaire du défunt. Pour lui, le club de la Médina est devenu ce qu’il est grâce aux anciens comme Lamine Diack. C’est pourquoi, lors de ses déboires judiciaires avec la justice française, les dirigeants du Jaraaf se sont tous levés. « Nous rendons grâce à Dieu de nous avoir permis de connaître un homme de la dimension de Lamine Diack. Il était d’une très grande générosité, d’une urbanité très exquise. Il aimait rendre service à son prochain. Président Lamine Diack était un grand dirigeant et a marqué notre club. La dernière fois que je suis allé le voir, on est resté pratiquement tout l’après-midi à ne parler que du Jaraaf. Rien que du Jaraaf. Il aimait bien m’appeler président du Jaraaf. On aimait bien bénéficier de ses conseils. Lorsque son problème est posé, les anciens se sont levés, particulièrement, Alioune Diop, qui m’a fait appeler via Laye Diaw. Je suis allé le voir et il m’a parlé du projet avec d’autres anciens », s’est remémoré, Cheikh Seck.

Babacar FALL

3 décembre 2021


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article