L’UNIVERSITÉ ALIOUNE DIOP DE BAMBEY FERMÉE APRES L’INTERRUPTION DES EXAMENS PAR LES ÉTUDIANTS

news-details
ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

Après l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), Alioune Diop de Bambey fermée jusqu’au 4 octobre. La décision, à effet immédiat, prise ce lundi, 09 août, à l’issue de la réunion de l’Assemblée de l’université en question, présidée par Professeur Mahy Diaw, Recteur et président de l’Assemblée de l’Université, n’est pas que motivée par la poussée inquiétante de la pandémie de Covid-19.

Les étudiants au banc des accusés

D’après le communiqué reçu à Emedia, cette décision se justifie, entre autres points, par les "perturbations récurrentes des activités pédagogiques perpétrées par la Coordination des étudiants et les Amicales affiliées", la "violation permanente des franchises universitaires". Selon le document, il est également question de "l’insécurité dans laquelle travaille le Personnel d’enseignement et de recherche (PER) et le personnel administratif, technique et de service (PATS).

L’Assemblée de l’Université Alioune Diop de Bambey, considérant également "l’interruption des examens de l’UFR d’Économie, Management et Ingénierie (ECOMID), le 27 juillet dernier, et "le boycott unilatérale des examens de l’UFR Sciences appliquées et Technologies de l’Information et de la Communication (SATIC) et de l’UFR Santé et Développement durable (SDD), a décidé de suspendre les enseignements et les examens pour deux mois.

Par ailleurs, la Coordination et les Amicales d’étudiants sont dissolues jusqu’à nouvel ordre.

Pas plus tard que le 5 août dernier, des blessés avaient été signalés du côté des étudiants, lors d’un énième front. Après avoir décrété 96 heures de grève, les étudiants étaient passés à la vitesse supérieure, en barrant la route et brûlant des pneus.

Les grévistes, réclamant de meilleures conditions de vie, fustigeaient la "mauvaise qualité" des prestations pour la restauration. L’achèvement des travaux des amphithéâtres figurait aussi parmi leurs revendications.

Vous pouvez réagir à cet article