image

LA BANDE QUI ÉCUMAIT L’AUTOROUTE RISQUE QUINZE ANS DE RÉCLUSION

image

Les présumés agresseurs qui attaquaient les automobilistes sur l’autoroute ont comparu, hier, à la barre de la chambre criminelle de Dakar pour vol commis la nuit avec usage d’armes blanches, association de malfaiteurs, dommages à la propriété d’autrui, offre ou cession de drogue. Ils encourent 15 ans de réclusion criminelle.

Un groupe de 15 personnes a été arrêté à la cité Imbécile et ses environs. Selon les éléments de l’enquête, ils font partie d’une bande de malfaiteurs qui sévit sur l’autoroute Limamoulaye, précisément entre Malick Sy et Patte d’Oie. Les remontent dans la nuit du 7 au 8 octobre 2018. Cette nuit-là, des malfaiteurs barraient l’autoroute avec de grosses pierres. Les agresseurs se cachaient derrière les buissons entre Patte d’Oie et le reste de l’autoroute. Ils profitaient de la pénombre pour s’adonner à leur sale besogne. Ils arrêtaient les automobilistes et s’attaquent à eux de manière violente.

Malheureusement pour eux, des éléments de la sûreté urbaine qui étaient en patrouille dans la zone sont tombés sur la scène. Ils se sont lancés à la poursuite des mis en cause avant d’appréhender quelques uns d’entre eux. C’est sur ces entrefaites que les limiers ont découvert par devers eux une machette, un couteau et du chanvre indien. Attraits, hier, à la barre de la chambre criminelle de Dakar, les 8 accusés ont nié les faits qui leur sont reprochés. A les croire, cette agression a fait un grand bruit et l’Etat pour calmer l’ordre public a ordonné des arrestations tous azimuts. "C’est dans ces circonstances que nous avons été arrêtés. On a rien fait. D’ailleurs on se connaît même pas. C’est au commissariat central que nous nous sommes vus pour la première fois pour la plupart", ont soutenu les mis en cause.

Cependant, les déclarations des mis en cause ont été battues en brèche par les victimes. Amadou Gnabaly, un d’entre eux a expliqué que : "C’était vers les coups de 5 heures du matin. J’avais quitté la ville. Ils avaient mis des pierres un peu partout sur l’autoroute. Un de mes pneus étaient gâtés. Une bande d’agresseurs m’a attaqué. J’ai pris la fuite. Ils ont amené ma carte Gab et mes 30 mille". Mamadou Lamine Diémé a pris la balle au rebond : " je roulais à vive allure. Quand j’ai cogné les pierres ma voiture s’est gâtée. Le radiateur,... ils ont pris mes deux téléphones, mon argent. C’est Amadou Woury qui a donné un coup de machette sur mon parebrise". Pour sa part, El Hadji Faye, également partie civile a indiqué : "J’ai quitté la zone industrielle à 6 heures du matin. Alors que je marchais un groupe est venu par-derrière et quelqu’un a tenté de me donner un coup de couteau. Je me suis battu avec eux avant d’être maîtrisé. Par la suite, ils ont pris mes cartes, mon sac et mon téléphone. J’ai reconnu Lamara Diallo, Amadou Woury, Fally Sonko, ...".

Invité à faire son réquisitoire dans cette affaire, la représentante du maître des poursuites a soutenu que ces accusés sont présents parce qu’ils ont été appréhendés dans des circonstances qui laissaient penser qu’ils sont les auteurs. "Ils ont été formellement identifiés par les victimes. On a suffisamment d’éléments contre eux. Ils se sont organisés et ils se sont permis à une heure tardive de la nuit de barrer l’autoroute et d’attaquer les véhicules. C’est la raison pour laquelle je vous demande de les déclarer coupables et de les condamner à15 ans de réclusion criminelle", a-t-elle soutenu.

Pour finir, la défense a indiqué ces accusations sont très légères et il n’y a aucune preuve. Sur ce, les robes noires ont plaidé l’acquittement. L’affaire a été mise en délibéré pour jugement devant être rendu le 27 décembre 2021.

Cheikh Moussa SARR

14 décembre 2021


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article