LA CANADIENNE CATHERINE CANO QUITTE L’OIF

news-details
INTERNATIONAL

La Canadienne Catherine Cano, qui avait été nommée administratrice de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) en avril 2019, a remis sa démission. La secrétaire générale de la Francophonie, Louise Mushikiwabo, évoque des désaccords persistants sur ses méthodes de travail pour expliquer ce retrait.

La démission de Mme Cano est immédiate, a indiqué la direction de l’OIF

Dans une lettre, Mme Cano explique avoir "le sentiment du devoir accompli".

"J’estime avoir mené à bien les trois volets du mandat qui m’avait été confié, à savoir le redressement des finances de l’organisation, l’amélioration de la transparence de ses opérations, de même que la formulation de recommandations devant mener notamment à une refonte réglementaire destinée à assurer la saine gestion et la transformation progressive de l’organisation", ajoute-t-elle.

L’ancienne cadre de Radio-Canada et d’Al-Jazira se dit heureuse de revenir au Québec, après une longue période passée loin des siens.

"À ce stade, et par respect pour l’organisation, je ne commenterai pas davantage ma décision", a-t-elle encore dit.

L’organisme avait convenu, après le départ de l’ex-secrétaire générale Michaëlle Jean, qu’une Canadienne serait nommée au poste d’administratrice.

Le Canada avait subi un revers en octobre 2018, lors du Sommet de la Francophonie à Erevan. Michaëlle Jean avait tenté d’obtenir un deuxième mandat à la tête de l’organisation, mais les membres de l’OIF avaient préféré la candidate rwandaise Louise Mushikiwabo.

Michaëlle Jean a été très critiquée pour sa gestion des fonds lorsqu’elle était à la tête de cette organisation qui regroupe 88 États et gouvernements et représente 300 millions de francophones dans le monde.

Même si son travail concernant l’éducation des filles et l’émancipation des femmes a souvent été souligné, Michaëlle Jean ne faisait pas l’unanimité comme secrétaire générale de l’organisation. Son train de vie et ses dépenses ont terni sa réputation.

Vous pouvez réagir à cet article