LA CEDEAO EXIGE LE RETOUR A L’ORDRE CONSTITUTIONNEL

news-details
Putsch en Guinée

Dans un communiqué signé par son président en exercice, le chef de l’État ghanéen, Nana Akufo-Addo, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) fait part de sa "grande préoccupation" et condamne « cette tentative de coup d’État ». L’organisation sous régionale exige "le retour à l’ordre constitutionnel" et demande, par conséquent, "la libération du président Condé."
Aux alentours de 8 heures, ce dimanche matin, 5 septembre, des tirs nourris et à l’arme lourde ont éclaté aux abords de Sékhoutouréya, le palais présidentiel où se trouvait alors le chef de l’État. Le coup d’État sera, par la suite, confirmé, avec la détention du président Condé par les mutins.
Avant la CEDEAO, l’Organisation des nations unies (ONU) et l’Union africaine avaient déjà réagi, condamnant le putsch et exigeant la libération du président déchu.

Vous pouvez réagir à cet article