image

LA CHAMPIONNE DU MONDE SOKHNA NDATTÉ CISSÉ HÔTE DE TAFSIR 2.0

image

Les émissions se succèdent, mais ne se ressemblent pas. L’émission Tafsir 2.0 animée chaque vendredi par Oustaz Taib Socé et imam Biram Pouye sur iTv/iRadio avait une invitée spéciale, vendredi 28. Il s’agit de la championne du monde de la 6e édition du concours international de récital de Coran à Dubaï. Sokhna Ndatté Cissé, qui fait la fierté de toute une jeunesse a lancé un message fort aux parents et aux enfants.

C’est aux environs de 15h que l’invitée du jour s’est présentée dans les locaux du groupe Emedia-Invest. Sokhna Ndatté Cissé, championne du monde de récital de Coran à Dubaï était l’hôte d’honneur de Oustaz Taïb Socé et imam Biram Pouye dans l’émission hebdomadaire Tafsir 2.0. Accompagnée de sa mère et de son maître coranique, Serigne Cheikhouna Cissé, l’enfant de Touba était emmitouflée dans les couleurs de l’Islam : une robe brodée de couleur blanche assortie d’un foulard vert. Puis, une petite sacoche en bandoulière.

Sur le plateau de iTv/iRadio, la jeune fille d’un calme olympien, avec sa petite voix innocente de gamine de 14 ans, a rejoint les deux présentateurs. Comme entrée en matière, c’est une récitation d’un verset du Coran. Après plus d’une heure émission, la championne est sortie du studio pour un petit tour dans les locaux, pour aller à la rencontrer des responsables du groupe. Notamment, Khalifa Diakhaté, responsable de la radio, et Seydou Kalidou Dièye, au nom du directeur général Mamoudou Ibra Kane empêché. Ils ont félicité la lauréate de la 6e édition du concours international de récital de Coran à Dubaï.

Elle a mis seulement 3 ans pour mémoriser le Coran
Peu prolixe, Sokhna Ndatté Cissé, préfère lancer un message aux parents. « C’est un devoir et un droit pour tout parent d’inciter son enfant à apprendre le Coran, comme Dieu nous l’a recommandé », souhaite-t-elle. Et de dire aux jeunes filles de son âge d’accepter d’aller apprendre le Coran, d’être sérieuses, studieuses et de « respecter les parents pour avoir d’autres Ndatté Cissé qui feront la fierté du Sénégal ». Devenue un exemple à suivre, cette orpheline de père, a été très tôt inscrite par sa mère au daara de Mahdoul Marif, à l’âge de 7 ans. Elle a mis 3 ans pour mémoriser le Coran et l’initiation au savoir islamique. Selon elle, les personnes qui disent que « la vie dans un daara n’est pas chose aisée ont tout faux ». « Rien n’est facile dans la vie et le Coran en vaut la peine », dit-elle. Avant d’afficher sa satisfaction et sa joie de représenter son pays à l’international.

« C’est une joie immense, je remercie tous les Sénégalais. La pression que j’avais, ce n’était pas face aux autres candidats, mais le fait que l’espoir de tout un peuple reposait sur mes frêles épaules. Grâce à Dieu, nous avons pu honorer notre pays, grâce à notre Oustaz, à nos parents qui nous ont donné l’opportunité d’apprendre le Coran et de mieux connaître notre religion », se félicite la jeune fille âgée de 14 ans.

Dans un futur proche, elle rêve d’écrire le Coran de ses propres mains « Inchallah, à l’avenir, je souhaite écrire un Coran pour faire honneur à Oustaz Taïb, imam Biram Pouye, mon maître, mes parents, surtout mon défunt père, que Dieu aie pitié de son âme », a prié Sokhna Ndatté. Très timide, chapelet noué autour de la main droite, tête bien voilée, sourire aux lèvres, Sokhna Soda Gadiaga, la maman de Ndatté, se dit fière de sa fille et rend grâce à Dieu. « C’est une fille sérieuse qui ne m’a jamais causé de problèmes », témoigne-t-elle.

Adama Aïdara KANTÉ
Abdoulaye SYLLA (Photo)

31 octobre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article