LA COMMUNAUTÉ LAYÈNE CÉLÈBRE, DANS LA SOBRIÉTÉ, LE 141e APPEL

news-details
ÉVÈNEMENT RELIGIEUX

La communauté layène a célébré aujourd’hui, le 141e Appel de Seydina Limamoulaye Al Mahdi. Malgré la recommandation du Khalife général, un récital de Coran a quand même été organisé à Cambéréne où plusieurs fidèles se sont rendus à l’école Franco-Arabe Chérif Abdoulaye Thiaw Laye pour l’occasion. Ces derniers n’ont pas dérogé à la tradition. Ils étaient tous habillés en blanc.

Tout comme l’année passée, contexte Covid oblige, cette année aussi, l’Appel est célébré dans l’intimité familiale. Comme tout bon talibé, la famille Sèye s’est pliée à la volonté du Khalif. Dans leur maison familiale nichée au cœur de Cambéréne, c’est un calme plat que nous trouvons. Les enfants jouent tranquillement dans la cour. De l’autre côté, leurs mamans s’affairent dans la cuisine. Les hommes de la famille sont tous entre Yoff, Diamalaye et Cambérène pour effectuer comme chaque année, les "ziars" dans les différentes mausolées.

L’aînée des belles filles de la famille Séye, Madame Binta, qui vit à Cambérène depuis 2002 est très occupée par la préparation des mets du jour. Habillée d’un wax de couleur orange et marron, cette dame de teint clair est très nostalgique des Appels précédents où l’ambiance était très vive, elle s’en remémore les larmes aux yeux. "J’ai jamais vécu d’Appel aussi morose que ces deux années. Nous ne pouvons accueillir des invités comme on le faisait. Moi qui vous parle, ma mère avait l’habitude de passer l’Appel avec nous, mais cette année elle n’est pas venue". La dernière de la famille, sage-femme de profession, mariée et vivant à Malika, Mme Thiam Sophie Sèye est aussi très nostalgique.

Habituée à passer ces moments avec sa famille, elle a tenu à être présente et faire comme à l’accoutumée. D’ailleurs, elle était allée assister au récital de Coran et c’est habillée toute en blanc qu’elle s’y était rendue. "Cette célébration en famille change nos habitudes parce que nous avions pour coutume de nous réunir et passer du temps ensemble avec nos familles, nos invités. Nous mettions des bâches dans la cour afin d’accueillir convenablement les invités" a-t-elle confié elle aussi la voix emplie d’émotions.

Malgré cette situation qui n’est plus aussi nouvelle car l’ayant vécu l’année passée, la famille Séye compte prier encore plus et implorer davantage l’appui du Bon Dieu. D’ailleurs, Binta Sèye trouve que ce contexte les a poussé à faire une introspection afin de se remettre encore plus à Dieu. "Cette année, nos pensées se sont le plus retournées envers Dieu. C’est une occasion pour nous de prier davantage Dieu". Pour Mme Sophie Thiam, "les prières se font partout, à la mosquée, à la maison. Ainsi donc, nous allons faire comme recommandé et beaucoup prier surtout pour que le Bon Dieu nous débarrasse de cette pandémie".

À quelques pas de la famille Sèye, une autre famille se réunit pour passer l’Appel ensemble. Comme dans plusieurs maisons à Cambéréne, une grande cour pleine de sable donne un joli décor à cette maison. La famille Diop, a accueilli quelques invités qui n’ont pas pu manquer cette célébration. L’un d’entre eux, une femme de teint clair, habitant à Thiès souhaitant garder l’anonymat s’active à la cuisine. Habillée d’un haut jaune assorti à un pagne de la même couleur, elle se confie : "Quand je venais les années précédentes, j’étais accompagnée de plusieurs autres personnes avec qui on passait la journée, aujourd’hui, je suis venue seule. Nous prierons en tout cas pour que cette situation s’arrête là et que les choses redeviennent comme avant".

De l’autre côté de cette grande maison familiale, deux autres groupes de jeunes filles et de de femmes se sont formés. Toutes occupées à éplucher, couper, piler tout en faisant des Zikrs dirigés par une jeune fille du nom de Fama Laye Diop. Cette dernière est une chanteuse de Zikr. Dans une tenue blanche, elle nous livre ses sentiments. Habituée à faire des Zikrs lors des Appels, elle se contente de rester en famille et prier tous ensembles. "Si ça ne dépendait que de moi, j’aurai été à Yoff en ce moment pour magnifier comme je le fais toujours, Mame Baye Laye. J’ai pleuré hier face à cette situation. Pourtant, nous sommes très contents de pouvoir assister et être présents à ce jour si spécial et important pour nous".

Dans cette communauté, le respect est l’un des aspects très importants qu’ils ne négligent guère. D’ailleurs, c’est certainement la raison pour laquelle ces fidèles ont tenu à faire l’Appel chez eux en harmonie et en prières. "Nous sommes des fidèles talibés de Laye Makhtar et nous ne négligeons jamais les paroles de nos guides religieux. Nous nous conformons aux règles et comme chaque année, nous continuerons de prier", s’exprime Mme Sophie Thiam. Pour rappel, cette année c’est la 141e édition de l’Appel de Seydina Limamoulaye.

Vous pouvez réagir à cet article