image

LA DEMANDE EXPRIMÉE PAR LE PÈRE DU DÉFUNT

image

Lamine Dramé, père de l’adolescent Mamadou Lamine Dramé, tué la semaine dernière lors d’un affrontement avec des agents de police en Allemagne demande le rapatriement du corps de son fils. Il indique que ce dernier jouissait de toutes ses facultés mentales, demande que lumière soit faite sur cette affaire.

Lamine Dramé, père de l’adolescent Mamadou Lamine Dramé, tué la semaine dernière lors d’un affrontement avec des agents de police en Allemagne demande le rapatriement du corps de son fils. Très affecté par la disparition brutale de son fils, il a également demandé que lumière soit faite sur cette affaire. « Je sollicite qu’on me rapatrie son corps, mais je veux aussi que la lumière soit faite sur cette affaire », a dit le père du défunt en s’adressant à des journalistes selon l’Aps. Lamine Dramé réfute toutefois la thèse selon laquelle l’adolescent de 16 ans aurait des « troubles mentaux et un comportement violent », ajoutant que c’est seulement dans la semaine de sa mort qu’il n’a pas eu de ses nouvelles. « Certains disent qu’il souffrait de troubles mentaux, mais je tiens à signaler à ceux qui le disent qu’ils se trompent, car mon fils était bien portant et n’avait aucun problème mental », a-t-il insisté.

Selon lui, son fils est parti en Europe, il y a environ deux ans et, d’après les photos qu’il a vues, il aurait voyagé par la voie maritime. « Je l’ai eu au téléphone il n’y a pas longtemps. C’est seulement dans la semaine de sa mort que je ne l’ai pas entendu », renseigne le septuagénaire qui dit toutefois accepter « la volonté divine ». Astou Ndiaye, maire de la commune de Ndiaffate, par ailleurs cousine du défunt, a assuré que les autorités sénégalaises sont à « pied d’œuvre pour le rapatriement du corps de Mamadou Lamine Dramé ». Il faut également signaler que les jeunes de cette commune ont décidé de faire une marche pour exiger que la lumière soit faite sur cette affaire.

Ndèye Anna NDIAYE

16 août 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article