LA DER DONNE SES RÉSULTATS 2018 ET SE DIGITALISE

news-details

La Délégation générale à l’Entreprenariat rapide des Femmes et des Jeunes (DER/FJ) fait son bilan 2018. Les résultats font état d’un investissement du budget prévisionnel de 30 milliards F CFA, en un (1) an. Ce, « dans tous les secteurs économiquement importants pour le Plan Sénégal émergent » (PSE).

Sur ledit montant, 183 mille bénéficiaires impactés sur l’ensemble du territoire national. Selon les clés de répartition, 17 milliards F CFA concernent l’autonomisation des femmes et des jeunes (100 mille à 500 mille F CFA), 7,4 milliards pour le soutien des Petites et moyennes entreprises (PME) et, enfin 5,6 milliards de F CFA sur les projets structurants, entre autres, cibles. « 70% des financements ont été affectés aux femmes » dans le cadre « d’une discrimination positive envers les femmes et les jeunes qui constituent les couches sociales les plus défavorisées ».

Pétrole et gaz ? La DER vise, aujourd’hui, « d’accompagner les jeunes star-up et PME sénégalaises qui veulent s’investir dans le domaine mais aussi les produits dérivés qui viendront de ces ressources pour pouvoir accompagner le raffinage mais ce qu’on appelle aussi le gaz 2PO. »


La dématérialisation de la procédure de dépôt

Face à la presse ce vendredi, 5 juillet, à son siège sis sur la VDN (Voie de dégagement Nord), le comité directeur de la DER a, ensuite, procédé au lancement officiel de l’ouverture des dépôts des dossiers pour 2019 dont l’arrêt est fixé au 5 septembre prochain. Les enregistrements se feront en ligne, dans une optique de digitalisation. Là aussi, les conditions d’éligibilité vont privilégier les femmes sans limite d’âge et les hommes de 40 ans tout au plus. « Il n’y aura aucune dérogation possible. Nous ne finançons pas les fonctionnaires et les salariés. Nous allons être stricts sur ces critères, le chef de l’Etat nous a demandé d’accompagner les femmes et les jeunes sénégalais qui ont besoin d’emplois ou qui sont dans le privé et qui ont besoin d’être renforcés ». En outre, « une discrimination positive sera faite en faveur des personnes vivant avec un handicap avec un taux de 0% ».

Pourquoi la digitalisation ? « Pour l’année 2018, nous avons eu à investir des centaines de millions pour collecter les dossiers dans les régions et les préfectures, les acheminer à Dakar, payer des gens pour les saisir en ligne et pour les traiter. Pour essayer d’aller vite, et pour pallier tous ces écueils, nous avons investi dans une plateforme pour l’enregistrement en ligne. » Des guichets sont toutefois prévus dans « quelques milieux reculés ». Le budget visé est de 50 milliards F CFA avec l’aide des partenaires techniques et financiers, en 2019, et passé à 120 milliards en 2020.

Logée à la présidence de la Républicaine, la DER a été créée en 2018 pour répondre aux problématiques de l’emploi des jeunes et du financement des femmes et des jeunes et de l’économie sénégalaise en particulier, avec un budget annuel de 30 milliards de F CFA. Le taux est de 5% et les différés vont de 3 à 6 mois en fonction des bénéficiaires.

Aujourd’hui, la DER se félicite du taux de recouvrement de plus de 50% pour l’exercice 2018. Même si, des gens malintentionnés « ont fait payer les bénéficiaires pour les aider à remplir des dossiers ou prennent des commissions de financement à la place de la DER. L’un d’eux a fini en prison ». Par ailleurs, des procédures judiciaires seront déclenchées contre les « mauvais » payeurs.

Vous pouvez réagir à cet article