LA FÉDÉRATION D’ATHLÉTISME RÉCLAME 41, 2 MILLIONS D’EUROS À LAMINE DIACK

news-details
PROCÈS À PARIS

L’avocat de WorldAthletics (ex IAAF), Me Régis Bergonzi, a estimé que le nom de Diack était désormais « synonyme de corruption ».

S’exprimant en premier ce mercredi matin lors des plaidoiries de la partie civile lors du procès de Lamine Diack, Me Régis Bergonzi a réclamé au nom de la fédération internationale d’athlétisme (l’ex IAAF, rebaptisée WorldAthletics) un total de 41,2 millions d’euros de dommages et intérêts aux six co-prévenus (Lamine Diack, Habib Cissé, Gabriel Dollé, et les trois absents Papa Massata Diack, Valentin Balakhnichev et Alexeï Melnikov). « Aujourd’hui, a conclu Me Bergonzi après avoir démonté le mécanisme de corruption et la responsabilité des prévenus, le nom de Diack est synonyme de corruption, grâce à lui et son fils, dans tous les coins de la planète. »

Lamine Diack, ancien président de la Fédération internationale d’athlétisme, l’un de ses fils, Massata Diack et quatre autres prévenus, sont soupçonnés d’être au coeur d’un vaste système de corruption pour couvrir des athlètes dopés,

Vous pouvez réagir à cet article