LA FERMETURE D’UNE ÉCOLE SECOUE LE MILIEU ACADÉMIQUE

news-details
Thiés

La fermeture annoncée de l’école Amadou Coly Diop, située au marché central de Thiès, ne passe pas chez les potaches de l’établissement. Ces derniers, soutenus par leurs parents, ont tenu un sit in devant l’Inspection d’académie (IA) de la cité du rail, ce vendredi, pour exprimer leur opposition au projet.
"Nous voulons Coly Diop", ont-ils scandé. "Pourquoi, on ne nous l’a pas dit pendant les vacances. Trois mois après, on revient pour reprendre les cours, et on nous rétorque que ’’votre école sera fermée’’. Ce n’est pas normal", fulmine un élève. "Nos parents n’ont pas d’argent pour nous transférer dans le privé", dénonce un autre.

Amadou Dème, un parent d’élève, signale avoir été convoqué hier seulement pour être mis au courant de la mesure. "On nous a donné des informations comme quoi il y a l’IA qui veut fermer le collège d’ici mardi pour réfection. On était vraiment surpris".

"Le bâtiment menace ruine"

"Gouverner, c’est prévoir. On devait prendre la décision depuis quatre ans pour programmer la reconstruction de l’école. Là où nous sommes, les élèves sont dans la rue, au moment où les autres établissements déroulent leurs cours. C’est injuste. Nous nous opposons catégoriquement à cette décision", embraie un autre parent d’élève.

En face, le Préfet du département de Thiès, Moussa Diagne, brandit les recommandations de la commission auxiliaire de la protection civile qui y a effectué une visite. "Dans le cadre des sorties régulières de la commission auxiliaire de la protection civile, j’avais instruit mon adjoint de conduire la commission au niveau de certains établissements scolaires y compris Amadou Coly Diop, explique-t-il à Radio Sénégal. Quand la commission y est allée, elle s’est rendu compte effectivement que le bâtiment présentait beaucoup de dangers du fait de sa vétusté. Menaçant ruine, la commission ne pouvait pas faire comme si elle n’avait rien vu. Après la visite, un rapport a été dressé. Ledit rapport est assorti de recommandations que nous avons partagées avec l’IA. En responsable aussi, (l’Inspecteur d’académie) a préconisé des mesures, en s’appuyant sur les prescriptions que nous lui avons adressées."

Lesquelles consistent "à délocaliser l’établissement et demander aux parents d’élèves et à l’administration de l’école, de voir comment caser les élèves ailleurs, en attendant de saisir le directeur des Constructions du ministère de l’Éducation nationale, pour réhabilitation. Parce que ce n’est plus sûr. Il ne faut pas attendre qu’il y ait catastrophe pour qu’on se mette à crier. Donc là, nous sommes carrément dans la prévention."

Poursuivant, le représentant de l’Exécutif indexe les enseignants. "Maintenant, quand on a brandi l’idée de délocaliser l’école, très rapidement, d’après les informations qui me sont revenues, certains enseignants ont essayé de manipuler les parents d’élèves pour leur faire croire que ce n’est pas une bonne approche. Ils pensent que si on déploie les élèves, eux, ils seront mutés ailleurs. C’est ce qu’ils veulent éviter. C’est pourquoi, ils cherchent à mettre la pression un peu sur les parents d’élèves, qu’ils manipulent les élèves, pour faire reculer l’IA".

Vous pouvez réagir à cet article