image

LA FINALE, VUE DE PARIS PAR LES JOURNALISTES AFRICAINS

image

Paris est la capitale européenne des grands évènements sportifs. Le tournoi de tennis de Rolland Garros d’un côté et la finale de la Ligue des Champions Uefa d’un autre suffisent à faire de la ville-lumière le lieu de rendez-vous des journalistes sportifs. Mansour Loum, Yoro Mangara, Abdoulatif Diop et Cynthia Nzethia, sont des journalistes africains qui évoluent à Paris et nous offrent leurs grilles de lecture de cette finale spéciale.

Supplanter le mythique Rolland Garros des débats des cafés autres coins animés de la ville de Paris, c’est l’exploit réussi par la finale de la Ligue des Champions. Un évènement majeur qui cristallise toutes les attentions dans la capitale française. De l’avis de Yoro Mangara, journaliste sénégalais établi à Paris depuis quelques années, tout est réuni pour avoir une belle fête au Stade de France. « En sortant, on sent rapidement l’ambiance. Dans les transports publics, les rues et les restaurants, on croise beaucoup de supporters anglais et espagnols venus en masse pour l’évènement. »

Correspondant du groupe Emedia en France, Abdoulatif Diop explique l’engouement incroyable autour de cette finale par le fait que Paris est déjà une grande ville de football et même si c’est au dernier que la ville a décroché l’organisation du match, à la suite du retrait de Saint-Pétersbourg (Russie) à cause du conflit russo-ukrainien. « Paris est une ville au cœur de l’Europe, facile d’accès pour les supporters des deux clubs qui sont également très populaire ici en France, avec des Français dans les deux équipes, qui joueront chez eux et également des africains qui ont aussi beaucoup de suiveurs ici. »

Sur la pelouse du Stade de France, 22 étoiles vont scintiller et parmi elles, des porte-drapeaux du football africain : le Sénégalais Sadio Mané, l’Égyptien Mohamed Salah, le Guinéen Naby Keïta et le Camerounais Joël Matip, tous pensionnaires de Liverpool qui affrontent le Real Madrid, ce samedi à partir de 19 heures GMT. Pour Cynthia Nzetia, journaliste sportive à Sports News Africa, cette affiche de rêve met en lumière les stars du football africain. « Je pense que les Africains de Paris vont davantage pousser en faveur de Liverpool puisqu’il y a quatre Africains dans les rangs des Reds, mais il faut aussi noter que le Real est quand même un club ultra populaire dans le monde et particulièrement en Afrique et compte aussi dans ses rangs des joueurs d’origine africaine (Ndlr : Benzema, Français d’origine algérienne, Ferland Mendy, Français d’origine sénégalaise) donc sur ce plan, les gens sont assez partagés. »

Remake de l’affiche de la finale de 2018, alors remportée par le Real Madrid vainqueur (3-1) de Liverpool, la finale de cette année opposera deux des équipes les plus régulières d’Europe ces dernières années et qui ont surtout réalisé un parcours exceptionnel cette saison pour arriver au sommet. Selon Mansour Loum, Rédacteur en chef de Sports News Africa, cela suffit à augmenter l’intérêt autour de la rencontre. « Cette finale s’annonce indécise. On aura une pluie de stars sur le terrain et on aura deux équipes qui sont dans une dynamique très positive. Autre élément intéressant, il y aura des matchs dans le match », lance-t-il.

Le Ballon d’Or en toile de fond

Cynthia Nzetia reprend pour évoquer la course au Ballon d’Or, le très couru trophée individuel qui sera attribué à l’issue de la saison. « Il y aura clairement un match dans le match pour la course au Ballon d’Or entre Sadio Mané et Karim Benzema, même si à mes yeux, le Français a pris une petite avance due à son titre de champion d’Espagne mais aussi à la grosse communication qu’il y a autour de lui car la communication autour de Mané est un peu morte, ce qui peut être déterminant pour ce trophée. »

Mansour Loum renchérit et estime qu’il ne faudrait surtout pas faire l’erreur d’écarter l’Égyptien Mohamed Salah de la course : « Ce n’est pas un duel à deux mais à trois. On parle beaucoup de Mané et Benzema, c’est normal, mais Salah également à des arguments à faire valoir. Il a brillé cette saison avec Liverpool (meilleur buteur du championnat), il est allé en finale de la CAN et s’il rajoute une belle finale, il aura son mot à dire. » Yoro Mangara lui continue d’espérer une dernière grosse performance de son compatriote Sadio Mané pour coiffer le Français et l’Égyptien sur le poteau.

« C’est vrai que Benzema marche vraiment sur l’eau cette saison, mais Mané a eu une année 2022 extraordinaire avec la CAN remportée en février qui le place sur un nuage depuis. Imaginez qu’il nous sorte une performance XXL ici, ça fera de lui un champion d’Afrique et champion d’Europe la même année, ça marque les esprits. En tout cas, je le lui souhaite vivement… » Le seul bémol, se désole Abdoulatif Diop, « c’est qu’une grande partie de la très forte communauté sénégalaise à Paris n’aura pas la chance de voir de près les foulées de Sadio Mané sur la pelouse, parce que les tickets sont introuvables… »

Babacar Ndaw FAYE, envoyé spécial à Paris

28 mai 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article