LA FOUDRE FAIT 14 MORTS EN 2 MOIS

news-details
HIVERNAGE 2019

Huit morts à Dakar, trois à Louga, deux à Kaffrine et un à Kolda. C’est le bilan des victimes de la foudre depuis le début de l’hivernage à travers le territoire national. Parmi les victimes, l’Obs compte une femme enceinte de sept mois, Fatou BA. Le drame s’est produit samedi dernier, 14 septembre, au village d’El Hadji Moth BA, à Birkilane.

D’après le récit du journal, il pleuvait des cordes lorsque Fatou BA est sortie de sa case, son enfant attaché au dos, pour ramasser quelques affaires personnelles pataugeant dans les eaux. La dame âgée de 35 ans a perdu l’âme, après que la foudre s’est abattue sur elle. Laissant son mari sous le choc. Heureusement, l’enfant qu’elle portait au dos s’en est sorti indemne.

Pourtant, chiffre un agent de la Direction de la protection civile, interrogé par la source, « de 2012 à 2018, 499 paratonnerres ont été installées à Sédhiou, 411 à Matam, 423 à Fatick qui est souvent (la zone) la plus touchée, 402 à Ziguinchor, 392 à Saint-Louis ».

Pourquoi Dakar a enregistré plus de morts ? « Cette année, tous les cas enregistrés dans Dakar sont des cas isolés qui se sont passés dans des zones non protégées. C’est ce qui explique cette situation », explique l’agent en question. Avant de préciser que le rayon de protection d’un paratonnerre ne dépasse pas 200 mètres. « Chaque appareil couvre un rayon bien déterminé, et cela dépend de la hauteur. L’entretien se fait de façon permanente, souvent en période pré-hivernage. La norme, c’est que tout bâtiment fort de cinq étages doit être protégé par un paratonnerre. C’est la réglementation. »

Vous pouvez réagir à cet article