image

LA FRANCE A-T-ELLE AIDÉ LE QATAR EN ÉCHANGE DE CONTREPARTIES ?

image

Le Qatar aurait-il payé pour organiser la prochaine Coupe du monde prévue cet hiver du 20 novembre au 18 décembre ? Les justices suisse, américaine et française mènent l’enquête pour tirer cette affaire au clair. Les soupçons demeurent depuis l’attribution à l’émirat gazier. Mais, le Qatar est loin d’être le premier pays organisateur soupçonné de corruption puisque la chambre d’instruction du comité d’éthique de la Fifa a engagé une enquête sur l’attribution des Mondiaux-2018 et 2022.
Avant, le Mondial Allemagne 2006 n’a échappé à un jugement en Suisse qu’en raison de la prescription survenue en plein procès.

Par contre, le dossier qatari est en lien avec le scandale de corruption qui touche la Fifa depuis 2015, et l’intensité des liens politiques et économiques tissés par le Qatar, notamment avec la France, créant de possibles contreparties à l’obtention des voix européennes. En effet, l’affaire a pris un relief nouveau avec l’arrestation par la police suisse de sept hauts dirigeants du football en marge du congrès de la Fifa, à la demande des autorités américaines. Dès la victoire surprise du Qatar face aux États-Unis, le président américain Barack Obama avait critiqué une « mauvaise décision » et la presse anglo-américaine crié au trucage.

Mais, en novembre 2014, à la remise de son rapport, faute de preuve, la chambre de jugement avait seulement relevé « des comportements douteux ».
Depuis, le dossier a connu de nouveaux développements après que la justice française a ouvert une enquête pour « corruption active et passive » sur un déjeuner tenu le 23 novembre 2010 entre Nicolas Sarkozy, alors président de la République, deux hauts dirigeants qataris et Michel Platini, à l’époque patron de l’UEFA.

Six mois après ce déjeuner, en mai 2011, le Paris SG a été racheté par le fonds qatari QSI pour 76 millions d’euros au fonds américain Colony Capital, dirigé en France par un proche de Nicolas Sarkozy.
Interrogé, l’ex-secrétaire général de l’Élysée Claude Guéant a confirmé "des discussions avec le Qatar" sur la vente d’avions Rafale finalement conclue en 2015, sous la présidence de François Hollande, mais écarté tout lien avec l’attribution du Mondial.

Emediasn avec Afp

19 octobre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article