LA GAMBIE OBTIENT LE SOUTIENT DE GRANDES PUISSANCES DEVANT LA COUR INTERNATIONALE DE JUSTICE

news-details
SOUTIEN AUX ROHINGYAS

BANJUL - Dans sa plainte contre la Birmanie, au nom des pays de l’OCI, la Gambie se voit soutenue par des grandes puissances. Le Canada et les Pays-Bas ont annoncé leur intention d’appuyer formellement le dossier de la Gambie contre la Birmanie devant la Cour internationale de Justice (CIJ) pour éviter un génocide contre la minorité musulmane des Rohingyas.

La Gambie, soutenue par les 57 États membres de l’Organisation de la coopération islamique, accuse la Birmanie d’avoir violé la Convention des Nations unies de 1948 pour la prévention et la répression du crime de génocide, ce que rejette le gouvernement birman à sa tête, Aung San Suu Kyi.

Au nom des 57 pays de l’OCI, la Gambie avait porté plainte contre la Birmanie, en 2019, pour le sort réservé à la minorité musulmane Rohynga, considérée comme l’une des minorités les plus persécutées au monde. La Gambie avait notamment demandé à la Cour internationale de Justice dont le siège se trouve à la Haye d’ordonner des mesures d’urgence pour protéger les Rohingyas restés en Birmanie, victimes de nouvelles exactions, dans l’attente d’une décision finale concernant ce dossier.

« En saisissant la CIJ de ce dossier, la Gambie a posé un geste louable visant à mettre fin à l’impunité de ceux qui commettent des atrocités e Birmanie », expliquent les ministres des Affaires étrangères du Canada et des Pays-Bas dans un communiqué commun.

« Le Canada et les Pays-Bas considèrent qu’il est de leur devoir de soutenir ces efforts, qui concernent l’humanité tout entière », ajoutent les deux pays, qui avaient soutenu de façon informelle cette action. « Dans le cadre de cette intervention, les deux pays apporteront leur aide en ce qui concerne les questions juridiques complexes », poursuit le communiqué.

Pas de réaction de Banjul

Ottawa et La Haye appellent par ailleurs « tous les États parties à la Convention sur le génocide pour qu’ils soutiennent la Gambie ». Pour l’instant, le gouvernement gambien n’a pas encore réagi à ce soutien de taille qu’il vient de recevoir de ces deux pays, non les moindres. Depuis 2017, près d’un million de Rohingyas ont trouvé refuge au Bangladesh pour fuir les exactions de militaires birmans et de milices bouddhistes, qualifiées de « génocide » par un groupe d’enquêteurs de l’ONU. Plusieurs milliers ont trouvé la mort, à en croire les ONG.

Vous pouvez réagir à cet article