LA JUVE, LE BARÇA ET LE REAL MAINTIENNENT LE BRAS DE FER CONTRE L’UEFA

news-details
SUPERLIGUE EUROPÉENNE

En réaction aux premières sanctions prises par l’UEFA après le scandale de la Super Ligue, les trois clubs encore inclus dans le projet ont répondu via un communiqué commun. La Juventus, le FC Barcelone et le Real Madrid y dénoncent des "pressions", blâment l’UEFA et la FIFA, et expliquent vouloir persister.

Ce vendredi, l’UEFA annonçait ses premières sanctions, à la suite du tollé causé par le projet mort-né de Super Ligue. L’instance expliquait avoir trouvé un accord avec neuf des douze clubs initialement impliqués. Ce jeudi, les trois derniers dissidents, encore inclus dans le projet, ont réagi à leur tour. La Juventus, le Barça et le Real Madrid ont publié un communiqué commun, dans lequel ils défendent une nouvelle fois le bien-fondé de la Super Ligue, tout en chargeant l’UEFA et en dénonçant des "pressions et menaces inacceptables".

"Les clubs fondateurs ont souffert, et continuent à souffrir, de pressions, de menaces et d’insultes de la part de tiers pour qu’ils retirent le projet et se désistent de leur droit de proposer des solutions pour l’écosystème du football, expliquent les trois clubs. C’est intolérable selon la loi, et les tribunaux se sont déjà déclarés en faveur du projet de Super Ligue, [...] interdisant la FIFA et l’UEFA d’intenter des actions qui pourraient entraver cette initiative de quelque manière que ce soit."

"IRRESPONSABLE D’ABANDONNER UNE TELLE MISSION"

La Juve, le Barça et le Real, trois derniers clubs à soutenir le projet, en profitent pour charger les instances : "Les clubs fondateurs se sont mis d’accord sur le fait que la Super Ligue ne se déroulerait que si l’UEFA et/ou la FIFA donnaient leur accord pour une telle compétition [...]. Cependant, l’UEFA et la FIFA ont refusé jusqu’ici de mettre en place des moyens de communication adéquats." Les "fondateurs" se disent prêts à "revoir leur approche si nécessaire".

Turinois, Barcelonais et Madrilènes ne semblent pas prêts, toutefois, à présenter leurs excuses à l’UEFA, comme l’ont fait les neuf clubs s’étant désistés - qui se retrouvent d’ailleurs, selon eux, "dans une position inconsistante et contradictoire après la signature des accords avec l’UEFA hier [vendredi]". Au contraire, ils comptent bien persister, expliquant qu’il serait "irresponsable", au vu "de la crise systémique du football", "d’abandonner une telle mission qui voulait proposer des réponses efficaces et durables aux questions existentielles qui menacent l’industrie du football". La bataille de la Super Ligue est donc loin d’être terminée.

Vous pouvez réagir à cet article