image

« LA MAISON DE PRODUCTION MARODI A TORT » (MOUSSA TOURÉ)

image

Le feuilleton de la série Rebelles continue de susciter le débat dans les chaumières avec des vagues de réactions. Connu pour son franc parler, le célèbre réalisateur, Moussa Touré, estime que la société de production Marodi a tort.

L’affaire de la mise en demeure de la série Rebelles de la Maison de production Marodi est loin de connaître son épilogue. Sur l’arrêt des tournages décidé par la Direction de la cinématographie (Dci) pour risque de trouble à l’ordre public, le célèbre cinéaste sénégalais, Moussa Touré, est sorti de son mutisme. Le président de l’Association des cinéastes du Sénégal (Acs) estime que, dans un pays normal, aucun cinéaste n’a le droit de tourner une série télévisée sans une autorisation de tournage.

« La Maison de production Marodi Africa Sas a tort. Nul n’est censé tourner un film long-métrage, court-métrage sans détenir une autorisation de tournage », fait-il savoir sur Seneweb. Avant d’ajouter : « Je pense qu’ils doivent négocier avec la Dci pour trouver une solution parce qu’ils ont donné l’occasion à la Direction de la cinématographie de formuler une mise en demeure. »

Toutefois, il note que la Direction de la Cinématographie doit renforcer ses capacités en matière de sélection des œuvres cinématographiques. C’est ainsi qu’elle pourra éviter, en aval, les censures des films en fin de réalisation. « On doit mettre en place un bon comité scientifique composé de techniciens au sein de la Dci qui sont capables de bien visionner les scénarios avant tournage pour éviter de pareilles circonstances, car on doit aussi savoir les productions qu’il faut autoriser et celles qu’il faut interdire », a-t-il dit. Moussa Touré est d’avis que le Sénégal est un « grand pays de cinéma » reconnu de tous grâce à ses « grands noms » qui ont marqué l’histoire du 7e art. Sur ce, il estime que les cinéastes ont la liberté d’expression au Sénégal. Par contre, il suggère de les outiller afin que le cinéma soit davantage respecté.

Adama AÏDARA KANTÉ

28 septembre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article