image

LA MALADIE « DE LA DOULEUR »

image

La polyarthrite rhumatoïde (Pr), appelée autrefois Polyarthrite chronique évolutive (Pce), est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires chroniques. Atteignant les articulations et provoquant la destruction progressive du cartilage et des os, la polyarthrite rhumatoïde entraîne des perturbations fonctionnelles, psychologiques, sociales et professionnelles parfois graves. Cette pathologie qui se traduit par des douleurs vives est néanmoins peu connue au Sénégal, d’où l’intérêt de s’intéresser à la question pour une meilleure connaissance de la maladie.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, environ 1,71 milliard de personnes dans le monde sont atteintes d’affections ostéo-articulaires et musculaires, lesquelles englobent la polyarthrite rhumatoïde. Les affections ostéo-articulaires et musculaires sont le premier facteur de handicap dans le monde et la lombalgie est la cause la plus fréquente de handicap dans 160 pays.

En général, la polyarthrite rhumatoïde peut survenir à tout âge, mais elle apparaît surtout chez des personnes âgées de 40 à 60 ans. À cet âge, elle est quatre fois plus fréquente chez la femme que chez l’homme. Cette différence entre les sexes s’atténue progressivement pour disparaître au-delà de 70 ans. Mais avant cette période, le sujet fait face à des douleurs atroces.
La polyarthrite rhumatoïde est la plus fréquente des formes de rhumatismes inflammatoires chroniques, regroupées sous l’appellation « arthrites chroniques ».

Elle fait partie de ce que l’on appelle les maladies auto-immunes, maladies où l’immunité agresse le propre corps de la personne atteinte. C’est aussi une maladie de système n’atteignant pas toujours uniquement les articulations, mais aussi parfois d’autres zones du corps.

Elle entraîne une inflammation de plusieurs articulations à la fois, qui gonflent, deviennent douloureuses et sont limitées dans leur amplitude de mouvement. Sans traitement, ces articulations ont tendance à se déformer progressivement, au fil du temps.

En effet, elle touche le plus souvent les mains, les poignets, les genoux et les petites articulations des pieds. Avec le temps, et parfois dès le début de la maladie, les épaules, les coudes, la nuque, les mâchoires, les hanches et les chevilles peuvent également être touchés.

Malheureusement peu de données sont disponibles au Sénégal. Mais il s’avère qu’on ne peut pas guérir la pathologie. Il y a aussi le fait que la maladie est peu connue.

À SUIVRE...

Suzanne SY

7 mai 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article