image

LA MARCHE ÉTAIT TROP HAUTE

image

Les Lions du Sénégal ont beau chercher à exister dans cette rencontre que l’on espérait au sommet. La différence de niveau était tout simplement abyssale à tout point de vue. Privé d’entrée des trois joueurs les plus expérimentés de son groupe, Aliou Cissé a essayé de mettre en place un onze pour rivaliser avec la machine anglaise. Mal lui en a pris. Dans un 4-2-3-1 qui lançait Ismail Jakobs, Iliman Ndiaye et Pathé Ciss, qui totalisent moins de 15 sélections cumulées, le Sénégal se sera offert une demi-heure d’illusions. 30 minutes durant lesquelles Boulaye Dia aurait pu faire naître l’espoir s’il avait été plus lucides sur deux face à face avec le gardien anglais Pickford. 30 minutes durant lesquelles Ismaila Sarr a essayé de prendre de vitesse Kyle Walker, un des arrières latéraux les plus rapides de la planète. 30 minutes durant lesquelles Iliman Ndiaye a tenté de surnager dans une mare de crocodiles entre Maguire, Stones, Henderson, Rice et Bellingham. Ça, c’est pour la partie moins sombre du tableau. Juste après la demi-heure de jeu, les soucis se sont multipliés : des relances ratées de la paire axiale Koulibaly - Diallo, au positionnement hasardeux de la paire du milieu Ciss - Mendy en passant par le néant incarné par Krépin Diatta.

Il n’en fallait pas plus pour que toute la stratégie ambitieuse de Cissé s’écroule comme un château de cartes. Sans donner l’impression de puiser dans leurs réserves, l’Angleterre punit les errements sénégalais à la première occasion. A la 38, le bloc sénégalais est aspiré et l’espace créé profite aux milieux Bellingham et Henderson. Le premier à la passe, le second à la finition pour doucher les ambitions des Lions (1-0). Et alors qu’on se disait qu’un but d’écart à la mi-temps laissait encore l’espoir en vie, Harry Kane se signalait juste avec la pause sur une passe de Phil Foden, pour crucifier Mendy (2-0). La note est salée mais reflète la nette différence entre les joueurs des deux équipes. La deuxième mi-temps ne fut qu’anecdotique. Aliou Cissé cherchera à rééquilibrer son équipe avec les entrées directes de Pape Matar Sarr, Bamba Dieng et Pape Guèye au moment où son homologue Garett Southgate pensait déjà à son quart de finale qui l’opposera à la France. Bukayo Saka ajoutera une troisième banderille sur une autre attaque rapide conclue par la deuxième passe décisive de Foden (57e, 3-0), et surtout la contribution directe de toute la ligne offensive (Saka, Kane, Foden) et deux milieux relayeurs (Bellingham, Henderson) anglais. C’est la plus large défaite concédée par le Sénégal sous le magistère d’Aliou Cissé.

L’aventure s’arrête là pour les champions d’Afrique qui n’égaleront malheureusement pas la meilleure performance du Sénégal en Coupe du Monde et qui tournent, sur une mauvaise note, la page d’une année 2022 extraordinaire. Il manquait sûrement de la fraîcheur, de la malice ou de l’expérience. Il manquait peut-être Sadio Mané, Gana Guèye ou Kouyaté mais certainement bien plus encore. La marche était tout simplement trop haute.

De nos envoyés spéciaux BNF, SS Et ON

4 décembre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article