image

LA MENACE FERME DES LEADERS DU FNDC EN PRISON

image

Dans une déclaration publiée le vendredi 28 octobre 2022, M. Oumar Sylla (Foniké Mangué), coordinateur national du mouvement FNDC (Front national pour la défense de la constitution) et M. Ibrahima Diallo annoncent entamer “à partir du lundi 07 novembre, une grève de la faim” pour protester contre une “détention illégale” dont ils sont victimes. Les deux leaders du FNDC, retenus à la Maison Centrale de Conakry depuis 3 mois, accusent le Colonel Mamadi DOUMBOUYA et son gouvernement de transition de séquestration et de non-respect de leur droit à la présomption d’innocence.

Le FNDC annonce que ses avocats ont essayé à plusieurs reprises de demander la tenue de procès pour que ses leaders puissent être jugés de manière équitable et faire valoir leur droit de défense. La déclaration pointe du doigt une volonté du CNRD (Comité national du rassemblement pour le développement) de “restriction continue de l’espace civique”, d’assassinats “de citoyens prodémocratie et les persécutions des leaders du FNDC ainsi que leurs familles”.

Ils exigent un “procès équitable” dans “un délai raisonnable”. Se qualifiant de “prisonniers personnels” du gouvernement de transition, MM. Sylla et M. Diallo informent et interpellent par cette déclaration “la communauté nationale et internationale” de leur sors et prédisent que “le colonel Mamadi Doumbouya, le CNRD et le gouvernement de transition seront responsables de tout ce qui adviendra”.

H. DIENG (Stagiaire)

30 octobre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article