LA MISE EN GARDE DE POUTINE AU JOURNALISTE RUSSE PRIMÉ

news-details
Prix Nobel de la paix

Dans un contexte de répression accrue contre les médias indépendants, le plus souvent frappés du sceau infamant d’« agents de l’étranger » de surcroît, le chef de l’État russe a été interrogé à ce sujet, au cours d’un forum sur l’énergie à Moscou, selon RFI.

S’exprimant pour la première fois pour la première fois depuis l’attribution, la semaine dernière, du prix Nobel de la paix au journaliste russe Dimitri Mouratov, conjointement avec la journaliste philippine Maria Ressa, Vladimir Poutine affirme : « S’il n’enfreint pas le droit russe, s’il ne donne aucune raison justifiant d’être déclaré agent de l’étranger, alors cela n’arrivera pas, a assuré Vladimir Poutine. Mais s’il compte utiliser son prix Nobel comme un bouclier pour faire ce qui est contraire à la loi russe, ça signifiera qu’il le fait en connaissance de cause pour attirer l’attention sur lui ou pour toute autre raison. Quel que soit son mérite, il faut que chacun comprenne ceci : il est nécessaire de se soumettre aux lois russes. »

Pour montrer toute sa détermination, le ministère russe de la Justice a, le jour même de l’attribution du prix Nobel, inscrit neuf personnes et trois organisations supplémentaires au registre russe des agents de l’étranger, dont sept journalistes.

Vous pouvez réagir à cet article