image

LA NOUVELLE PASSION DE SIMON

image

Voici maintenant 2 ans que le rappeur Simon Kouka a lancé le projet « Savoir-faire local » avec la campagne « Solo fi ». Et pour joindre la parole à l’acte, il ne porte que des vêtements confectionnés localement de la tête au pied. Le patron du Label 99 Records vient de lancer une campagne de sensibilisation « Jangi Jee saaku fii », (Aller à l’école avec des sacs confectionnés par nos artisans ».

« Jangi jee saaku fii », (ndlr : Aller à l’école avec des sacs confectionnés par nos artisans » ! C’est le nouveau concept de l’artiste Simon Kouka lancé, mardi, face à la presse, à la Maison des cultures urbaines sise à Ouakam. Et c’est un volet du grand concept (Solo fi), lancé il y a deux ans. C’est une façon pour inciter les Sénégalais à acheter des sacs fabriqués au Sénégal. La campagne a été lancée, mardi dernier à Ouakam en présence des artisans qui sont venus presque de toutes les contrées du Sénégal. Et, selon l’artiste, ces artisans confectionnent des sacs mais difficilement.

« Cette campagne de sensibilisation, c’est pour inviter certains sénégalais à consommer ce que nous produisons dans le pays. Je ne peux pas comprendre que nous ayons des frères, des sœurs qui confectionnent des sacs, qu’on les laisse ici pour aller acheter des sacs venus d’ailleurs. Aujourd’hui, nous avons des sacs de qualité confectionnés par nos artisans et si on achète chez eux, l’argent reste ici, l’économie est boostée et c’est le Sénégal qui gagne », a déclaré l’artiste qui a lancé le slogan « Un élève, un sac local ». « On aimerait que ces Sénégalais aient cette bonté de cœur, d’avoir la préférence nationale. Notre objectif, c’est de faire du consommer local une arme de construction massive en faveur des artisans. Ce, pour participer à l’émergence d’un Sénégal nouveau », dit-il. Et d’ajouter : « On travaille avec beaucoup d’artisans pour pouvoir finir les sacs avant la rentrée scolaire. Ce sont les Ivoiriens, les Européens, les Américains, qui commandent nos sacs au moment où les Sénégalais préfèrent acheter ailleurs. C’est dommage ! »

Eloge du patriotisme économique
Selon lui, le projet est appuyé par le ministère de l’Artisanat et des structures comme l’Aibd. « La mairie de Ouakam a passé une commande de 4000 mille sacs. On attend aussi les autres mairies et les autres structures étatiques. Nous sommes dans un combat sérieux, pas dans le sensationnel. Nous sommes dans une révolution silencieuse. Dans 10 ans, voire 50 ans, les gens nous remercieront. Nous sommes dans un combat qui peut rehausser l’économie sénégalaise, ce que beaucoup de présidents, ministres, directeurs n’ont pas réussi », dit-il. A l’en croire, si on parle de « patriotisme », on doit l’aborder sous l’angle économique. « Ce n’est pas normal qu’on se dise patriote et, quand on est dans les plateaux télé, on est habillé avec des vêtements de marque américaine ou européenne. Des jeunes artisans qui n’ont pas pris la pirogue pour traverser la Méditerranée, mais qui se battent pour confectionner des sacs méritent d’être accompagnés », fait-il savoir. D’après Simon, « ces sacs sont de qualité et ne sont pas chers ».

Adama Aïdara KANTE

1er septembre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article