LA PAROLE À LA DÉFENSE : « ENVOYER LAMINE DIACK EN PRISON NE PEUT ÊTRE QU’UN ACCÉLÉRATEUR DE MORT » !

news-details
PROCÈS IAAF À PARIS

Au lendemain des lourdes peines requises par le parquet national financier contre les prévenus du procès de Lamine Diack, les avocats de la défense se sont employés ce jeudi à démonter un « dossier plein de trous » et à minimiser les « erreurs » et autres « entorses à l’éthique » commises par leurs clients lorsqu’ils ont retardé les sanctions contre des athlètes russes dopés en 2011-2013.

Au dernier jour du procès, les avocats de Gabriel Dollé, ancien chef de l’antidopage de la Fédération internationale d’athlétisme (Iaaf), d’Habib Cissé, l’ex-avocat de Lamine Diack, et de l’ancien patron de l’athlétisme mondial lui-même ont rejeté la responsabilité des pots-de-vin extorqués à des athlètes russes convaincus de dopage en échange d’une promesse de « protection totale » sur le grand absent du procès, Papa Massata Diack. « Il faut distinguer entre le fils et le père », a résumé Simon Ndiaye, un des défenseurs de Lamine Diack, en pointant la « faute originelle » commise par ce dernier en embauchant son fils comme consultant en marketing de l’Iaaf, position qu’il aurait mise à profit pour détourner des millions d’euros. « Il faut résister à la tentation de faire de cette affaire une affaire exemplaire et de monsieur Diack un bouc-émissaire qui permettrait de purifier l’Iaaf, (…) un coupable idéal », a-t-il dit au tribunal.

Insistant sur la santé fragile de son client, âgé de 87 ans, l’autre avocat de Lamine Diack, William Bourdon a fustigé les réquisitions « inhumaines » formulées mercredi par le parquet – quatre ans de prison ferme. « L’envoyer dans les geôles de la République ne peut être qu’un accélérateur de mort. Si vous succombez à l’injonction du parquet, à supposer que nous échouions (à innocenter Lamine Diack), la mort elle n’échouera pas », s’est-il emporté,
invitant les juges à « ne pas oublier l’humanité » et à accorder à l’octogénaire le droit de « mourir dans la dignité, embrassé par les siens, sur sa terre natale ».

« Il a fait de mauvais choix mais ce n’est pas un crime », a-t-il martelé en demandant la relaxe. « De telles réquisitions sont réservées aux criminels de sang, aux criminels nazis qu’on récupère au fond d’un Ehpad en Bavière après 70 ans de traque », a poursuivi William Bourdon en rappelant que le Syrien Rifaat al Assad, le « boucher de Hama », accusé d’avoir détourné des centaines de millions d’euros d’argent public, avait écopé mercredi de quatre ans de prison dans la même salle d’audience du tribunal judiciaire de Paris.

Vous pouvez réagir à cet article