image

LA PERTURBATION DES SOINS SE POURSUIT

image

Après l’éclatement de l’affaire Astou Sokhna, les blouses blanches et roses ont sonné la mobilisation avec un mot d’ordre de 72h heures, sans soins sur toute l’étendue du territoire national. Ils avaient aussi promis de sonner une grande mobilisation devant le tribunal de Louga avec port de blouse blanche et rose pour marquer leur désaccord face à cette décision de justice d’incriminer leurs camarades, mais aussi à la sortie du ministre de la Santé et de l’action sociale. C’est chose faite puisqu’ils étaient nombreux, ce mercredi, devant le tribunal de Louga. Leur porte-parole Mballo Dia Thiam, a soutenu qu’ils ont répondu présent sans qu’aucun incident ne soit noté.

« Nous sommes venus naturellement nous solidariser avec nos camarades sage-femmes incarcérées et qui ont été convoquées aujourd’hui pour les besoins du procès. On l’avait dit, on ne serait pas venu pour troubler l’ordre public. Mais en toute sérénité écouter le tribunal juger cette affaire et nous en accommoder. C’est ce qu’on a fait et l’ordre public n’a pas été troublé. Malgré tout ce qu’il y’a comme dispositif qui nous paraît même inutile parce que nous ne sommes pas là pour faire pression sur la justice. Nous attendons seulement que le droit soit dit », a-t-il déclaré.

Cependant, Mballo Dia Thiam demeure convaincu que ce procès ne s’agira pas seulement du procès des sage-femmes mais du procès de nos plateaux techniques de nos structures sanitaires et hospitalières. « Il s’agira du procès des manquements qu’on a en ressources humaines, dans la formation de nos agents mais aussi du procès aussi du public. Parce qu’il y’a une méconnaissance de la pyramide sanitaire. Nous allons continuer à nous concerter avec nos avocats et à dégager les stratégies qu’il faut pour faire libérer ces sage-femmes. Leur place c’est à la maternité pour continuer à sauver des vies. Parce que si elles en tuaient tous les jours les morgues seraient remplies », a-t-il ajouté. Sur une question de savoir est-ce que les soins vont continuer à être perturbés, il a répondu que l’activité continuera à être au ralenti. Parce que les gens n’ont pas le cœur à l’ouvrage.

De nos envoyés spéciaux
Cheikh Moussa SARR
Abdoulaye SYLLA (Photo)

27 avril 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article