LA POLICE INITIE LES MERCREDIS DE LA PRESSE POUR RENFORCER SES RELATIONS AVEC LES MÉDIA

news-details
JOURNÉE DE DEBAT

La direction des relations publiques de la police nationale a fait face à la presse sénégalaise, ce mercredi, 23 décembre 2020 dans les locaux de l’Ecole Nationale de l’institution. Après une matinée réservée à la présentation des différentes directions de la police nationale, une deuxième partie a été dédiée à un débat entre policiers et journalistes.

À l’instar de la police nationale, la presse sert la population. Cette conception, ces deux entités l’ont bien compris mais après plusieurs mésententes, il est légitime de mettre l’accent sur les différents points qu’ils doivent mettre en œuvre afin de mener à bien leurs missions. Dans un débat houleux où plusieurs commentaires se sont faits entendre, les acteurs de la presse n’ont pas manqué de sauter sur l’occasion pour étaler toutes les difficultés qu’ils rencontrent quand ils ont besoin des agents de la police. D’ailleurs, le chargé des relations publiques de la Police Nationale, le commissaire Mohamed Guèye est revenu sur l’objet de cette rencontre qui avait pour but de mieux s’entretenir avec la presse afin de voir comment améliorer leurs relations.


RAPPROCHER LA POLICE AVEC LES JOURNALISTES

Cette fois-ci, les bavures policières n’ont pas été au centre des discussions. La question de la présence et du rapprochement entre la presse et la police a constitué le débat. Avec toutes les difficultés qu’ils rencontrent sur le terrain surtout lors de manifestations opposant la police à la population, les journalistes sont très souvent exposés et ne bénéficient pas de la protection de la police. Une remarque qui a bien attiré l’attention du public parce qu’elle a fait réagir le commissaire Guèye. « Nous ne pouvons pas vous protéger si nous ne pouvons pas vous identifier. Pour y arriver, il faut que vous mettiez vos gilets et cartes de presse ». Il a réfuté l’idée d’une haine, de rapports heurtés entre la police et la presse, soutenant qu’il arrive parfois qu’il y ait des incompréhensions.

A côté du rapprochement tant souhaité par les médias, une ouverture et des réponses à leurs demandes sont aussi souhaitées, toujours dans l’optique de pouvoir travailler en étroite collaboration avec la police. Entrer en contact avec un agent de l’institution relève souvent d’un réel parcours de combattant si on se réfère aux différentes plaintes notées à l’endroit des journalistes. Afin d’y apporter des solutions, le bureau des relations publiques de la police a inscrit dans son agenda d’activités pour l’année 2021, des journées portes ouvertes ou des mercredis de la police avec les différentes directions de la Police Nationale. Et étant donné que la communication fait parfois défaut entre la police et la presse, le commissaire Guèye a promis de prendre en compte toutes les observations faites aujourd’hui.

Pour le chargé des relations publiques de la Police Nationale, M. Mohamed Guèye, « la presse sénégalaise est une presse très responsable ». Par contre, il reproche aux journalistes le fait qu’ils ne prennent pas la peine de faire du recoupement avant de publier une information qui dans la plupart des cas met en péril leur travail, pouvant ainsi les mettre en mal avec la population.

Vous pouvez réagir à cet article