LA RÉPLIQUE D’ISMAïlA MADIOR FALL AUX DÉPUTÉS

news-details
ASSEMBLÉE NATIONALE

Ismaïla Madior Fall a été violemment attaqué par des députés de l’opposition, ce jeudi, à l’Assemblée, lors du vote du budget de son ministère. Visiblement imperturbable, il a répondu aux attaques sur un ton plutôt serein. « Je suis fier des milliers de sénégalais que j’ai formé. Je suis fier d’être aux côtés du président qui a impulsé la loi sur le parrainage pour assainir l’espace politique. Les candidats qui ne représentent rien ne seront pas dans la course présidentielle », a déclaré le ministre de la Justice.

« Je n’ai rien gagné avec la fonction de ministre »

« Je n’ai rien gagné avec la fonction de ministre du point de vue matériel. Je ne suis pas venue pour des conditions matérielles. La maison où j’habite présentement est plus grande que celle qu’on m’a proposée », a-t-il fait savoir. Rejetant les accusations dont il fait l’objet, il évoque le caractère multidimensionnel de la justice. A l’en croire, la justice ne se réduit pas seulement à l’affaire Khalifa Sall et Karim Wade. « Ce sont les magistrats qui les ont jugés en se référant sur la loi et leur intime conviction. C’est tout. Il ne faut pas croire qu’un candidat à l’élection présidentielle ne doit pas aller en prison. Il y a des maires issus de la majorité qui sont en prison. Il faut savoir raison garder. On ne peut accepter que des individus veuillent chahuter la justice parce que leurs leaders sont impliqués dans des affaires de détournement de deniers, d’escroquerie. On ne l’acceptera pas », a déclaré Ismaila Madior Fall.

« Les avocats de l’Etat ont été payés »

Sur l’affaire Karim Wade, il a fait savoir que personne n’est contre le retour au bercail de ce dernier. « S’il rentre, il va rembourser les 138 milliards de francs CFA, à défaut, la contrainte par corps va s’exercer sur lui. On ne va pas le poursuivre à l’étranger pour qu’il paie cette somme mais s’il revient la loi sera appliquée », a prévenu le ministre.
A ceux qui pensent que les activités de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) sont aux arrêts depuis la condamnation de Karim Wade, le ministre informe qu’ « il y a des dossiers qui sont en cours d’instruction ».
S’agissant des honoraires des avocats de l’Etat du Sénégal, le ministre renseigne que les robes noires ont touché une partie de leur argent. « Ils ont été payés c’est la raison pour laquelle ils sont en train de faire leur travail. Mais, ils n’ont pas encore tout reçu ».

Vous pouvez réagir à cet article