LA VISITE DE MACKY À TOUBA, UNE TRADITION RÉPUBLICAINE

news-details
CONTRIBUTION

Cette visite est un rituel républicain et passage obligé pour tous présidents aux affaires. C’est-à-dire : une tradition républicaine qui permettrait aux chefs de l’État sénégalais, d’être en osmose avec le khalife et en symbiose avec les talibés. Une tradition à laquelle aucun dirigeant ne déroge. Mais, la perspective de réconciliation du président Wade et son prédécesseur, constitue le point d’accroche de cette visite effectuée dans cette période assez charnière de crispation sociale, d’impasse politique où toute la classe politique se trouve dans la nasse.


Les relations qu’entretient Serigne Mountakhaa avec Macky Sall ?

Le président entretient des relations de confiance de respect et d’affection avec son guide. Lesquelles caractérisées par un puissant et permanent « rapport au spirituel et attachement affectif », qui ne servent nullement de revendication politicienne. Combien de fois a-t-on entendu le khalife, puiser du registre mystique, avec des accents de métaphores, de métonymie et des périphrases ésotériques propres à sa mysticité, pour témoigner sa proximité affectueuse avec Macky Sall. Et ce dernier, s’est toujours montré flatté par tant d’égard de la part de l’héritier de Serigne Touba sur terre.

Vue " la providence voit toujours ce qui nous est nécessaire", donc il n’est pas superfétatoire que le khalife — en guise de conjurer la radicalité politique, le déferlement de haine et la violence répressive — joue un rôle d’interface en vue d’un rapprochement pour sortir le pays de l’impasse politique crée par les hommes politiques qui jouent au chat et à la souris et s’accusent mutuellement. Le président est appelé à arrêter ses contorsions pour permettre l’opposition de se départir de ses dérobades.


L’audience accordée au président Abdoulaye Wade ?

Cette entrevue a une "cohérence prospective " avec les déclarations du Massalikul Jinaan devant le khalife général des mourides. Ces retrouvailles positives doivent consacrer : la fin de virage socialiste de la coalition majoritaire et donner un coup d’envoi d’un nouveau brainstorming politique pour rassembler les idées " socialistes et libérales" dans le sillage d’une grande conviction politique majoritaire et inclusive.

Figurez vous que, les assises nationales — dont j’étais moi-même un acteur— fut un contenu politique d’un grand projet politique de gauche ayant comme garde politique : la coalition "Bennoo Siggil Sénégal" et comme arrière-plan citoyen, le mouvement du M23. Et porté au pouvoir par le "contenant électoral " la coalition Bennoo Bokk yaakaar.

Maintenant que le Bennoo Bokk yaakaar, est en fin de cycle un nouveau brainstorming politique plus inclusif pour rassembler un corpus d’idées politiques, gauche et droite, s’impose.

Les partisans de Macky Sall, qui ne sont pas contents

À cet égard le président Sall, doit s’approprier la fameuse dicton d’Einstein « tenez-vous loin des gens négatifs : ils ont un problème pour chaque solution »
Car, il y a des langues pendues qui ont vécu de mauvais œil le rapprochement des deux protagonistes. Ils constatent avec un cœur serré l’évolution de la situation et manigancent dans l’ombre pour torpiller la dynamique reconciliatrice entamée par le khalife.

Les promoteurs de statu quo, craignent que le dégel entre les deux présidents aura comme effet indésirable : le Rabat des cartes politiques.

Mais, le président de la République doit se dire comme disait Nicolas Sarkozy à l’égard du défunt Chirac : « C’est à ses côtés que je me suis engagé très tôt dans la vie politique et c’est sur son exemple que j’ai souhaité servir la France. J’ai été son ministre, j’ai présidé une famille politique qui a été la sienne et je lui ai succédé à la tête de la France. S’il a pu nous arriver de nous opposer sur le plan politique, je n’ai jamais oublié ce que je lui devais et ce qu’il a fait pour notre pays auquel il a voué son existence y compris dans les moments où les drames venaient frapper sa famille. Sa ténacité, sa force de conviction, son empathie naturelle, et par-dessus tout sa capacité à surmonter les épreuves de la vie ont constamment forcé mon admiration et suscité mon respect ».

Vous pouvez réagir à cet article