« LE BALLET DIPLOMATIQUE AU SÉNÉGAL N’A PAS PROFITÉ AU SECTEUR PRIVÉ »

news-details
LR DU TEMPS

Nombreux sont ceux qui voient le récent ballet diplomatique au Sénégal comme un avantage. Cela du fait des contrats signés et qui seront bénéfiques pour le Sénégal dans le futur. L’Informaticien, Expert en économie numérique, Amadou Guèye pense le contraire.

Invité d’Alassane Samba Diop, ce dimanche sur Iradio (90.3), à l’émission Lr Du Temps, Guèye déplore le fait que le secteur privé national n’a pas été impliqué à ces rendez-vous alors qu’ils ont fait l’objet de dizaines de contrats signés. « Ce sont des compagnies qui sont venues faire face aux structures publiques et signées des contrats. C’est une situation grave. Parce qu’il y a éviction du secteur privé national. La bonne pratique voudrait que quand un président vient en visite de travail avec son secteur, vous emmenez vous aussi votre secteur privé pour mettre les deux groupes ensemble », a-t-il fait savoir.

Poursuivant, il révèle que : « les contrats signés avec les entreprises étrangères ne sont pas des investissements directs étrangers. C’est de l’endettement ». En plus, regrette l’expert, la plupart de ces contrats signés, comme l’autoroute Thiès- Saint Louis, que les Américains ont décrochée, il n’y a pas d’appel d’offres.

Amadou Guèye partage son sentiment avec son co débatteur, Alassane Seck. Selon le Secrétaire Exécutif de la Ligue Sénégalaise des droits humains, la dette due au secteur privé par l’Etat a fini par les étouffer. « On a ouvert beaucoup de chantiers avec le sentiment de bien faire. C’est ça qui a bloqué les entreprises nationales avec la dette intérieure qui ne cesse de grimper. C’est paradoxale que l’on nous dise que la CDE qui vient de terminer la grande mosquée Massalikoul Jinan est dans des difficultés », pense Seck.

Vous pouvez réagir à cet article