LE BÂTONNIER DE L’ORDRE DES AVOCATS CHARGE LES PROCUREURS ET ACCUSE SIDIKI KABA

news-details
POLÉMIQUE

Il semble que l’affaire Thione Seck commence par révéler un certain malaise entre avocats et magistrats du Parquet. En marge de la prestation de serment des avocats stagiaires de la promotion 2018 au Palais de justice de Dakar, ce vendredi, 24 mai, le bâtonnier de l’Ordre des avocats a fait une sortie pour le moins offensive.

Me Mbaye Guèye en veut beaucoup aux procureurs, depuis l’application du règlement 5 de l’UEMOA. Face à la presse, ce vendredi, le chef de file des avocats a fait de graves révélations. « C’est extraordinaire ce qui se passe dans ce pays, fulmine-t-il. C’est comme s’ils (les procureurs) prenaient les choses comme un affront personnel. On me l’a rapporté et je sais que c’est vrai. Il y a des procureurs qui, lorsque leur procédure est annulée et la libération du détenu ordonnée, demandent à la police d’aller attendre le détenu devant la prison, de l’arrêter et de recommencer la procédure ! » Puis, Me Guèye fait dans la menace : « Si jamais on me pousse, j’en dirai plus que ça. Pour le moment, je m’en arrête-là. Ils n’ont pas le droit de faire arrêter la personne devant la prison », se désole-t-il.

Dans un autre registre, le bâtonnier s’en prend également à l’ancien ministre de la Justice, Me Sidiki Kaba, qu’il accuse d’avoir retardé l’effectivité de la mesure du règlement n°5 de l’UEMOA, instituant la présence de l’avocat dès les premières heures de l’interpellation. « Ils ont introduit un texte et j’avais compris à l’époque en vérité à vider de son contenu le règlement 5 par une stratégie consistant à passer par le Code de procédure pénal. Quand on a voté le texte, le même ministre Me Sidiki Kaba nous dit que ’’maintenant, il faut prendre des circulaires pour définir les modalités’’. Il nous convoque à une réunion à l’hôtel Savana, on tient la réunion avec la présence d’avocats et d’officiers de police judiciaires du Mali et du Bénin. A la fin, on donne les éléments comme une circulaire. Et, il met le coude sur cette circulaire et jusqu’à son départ, cette circulaire n’a pas été signée (après) des mois dans son bureau. C’est (son successeur), Ismaïla Madior Fall, que je félicite ici, qui a eu dès les premiers jours après sa prise de fonction, à convoquer les acteurs y compris la société civile pour procéder à la signature de cette circulaire après avoir consulté les procureurs généraux. »

Me Mbaye Guèye d’avertir : « Le barreau sous ma direction saisira toutes les juridictions internationales, les organismes des Nations-Unies pour que cette affaire connaisse une fin parce que franchement il est temps d’appliquer la loi et de garantir les droits de la défense. »

Concernant toujours ladite mesure du règlement n°5 de l’UEMOA, le Bâtonnier, interpellé sur le dossier de Khalifa Sall, souligne que « quand il y a annulation d’un acte, il y a annulation d’une procédure. »

Or, la procédure pour détention de signes monétaires, tentative d’escroquerie, association de malfaiteurs et blanchiment d’argent enclenchée contre le chanteur-compositeur Thione Balago Seck, a été annulée, hier jeudi, 23 mai, par le président de la deuxième chambre correctionnelle du Tribunal de grande instance de Dakar, le juge Maguette Diop, pour non respect dudit règlement numéro 05 de l’UEMOA du 25 septembre 2014, relativement aux nouvelles compétences de l’avocat, exigeant que les prévenus soient assistés d’un avocat. Ce, lors de l’enquête préliminaire, par les enquêteurs de la Section de recherches (SR) de la gendarmerie de Colobane.

Vous pouvez réagir à cet article