image

LE CANADA PROMET « UNE ENQUêTE APPROFONDIE »

image

Dakar avait dénoncé vigoureusement et condamné un acte « barbare et raciste ». La ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Aïssata Tall Sall, avait convoqué la chargée d’affaires de l’ambassade du Canada à Dakar, envoyé une note de protestation aux autorités canadiennes et demandé l’ouverture d’une enquête.
« Nous sommes extrêmement préoccupés par le traitement présumé d’une diplomate sénégalaise par le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) », a réagi le ministère canadien des Affaires étrangères dans un communiqué. « Ce qui s’est passé est tout simplement inacceptable. »

La première conseillère de l’ambassade du Sénégal à Ottawa a été arrêtée, tabassée et menottée par des éléments de la police canadienne mardi dans son domicile, selon Dakar. « Malgré le rappel du statut de diplomate de la victime et de l’inviolabilité de son domicile, les éléments de la police canadienne l’ont menottée et sauvagement tabassée, au point qu’elle a eu du mal à respirer, ce qui a conduit à son évacuation par ambulance à l’hôpital », selon les autorités sénégalaises.
La police canadienne a assuré de son côté avoir préalablement confirmé que « le document judiciaire était bel et bien valide et que l’officier de justice ayant autorisé l’ordonnance judiciaire avait été informé que la personne avait un statut diplomatique ».

« Le Canada prend très au sérieux ses obligations en vertu de la Convention de Vienne », a insisté le gouvernement de Justin Trudeau, rappelant que cette convention régit depuis plus de soixante ans les relations diplomatiques et « prévoit un certain nombre d’immunités, y compris contre toute forme d’arrestation ».

Selon la police canadienne, « Faisant face à une personne agressive et refusant de collaborer, les policiers sont intervenus pour ramener le calme. Mais c’est alors qu’une policière a été frappée au visage et blessée, les policiers ont donc décidé de procéder à l’arrestation de la diplomate ».

Au cours de l’arrestation de la Sénégalaise, cette dernière « a résisté et blessé par morsure un deuxième policier ». « Elle a été alors amenée au sol pour être maîtrisée (avant d’être installée) à l’arrière du véhicule de patrouille, sous supervision d’une policière, le temps que l’huissier exécute son ordonnance », détaillent les policiers canadiens, mais à « aucun » moment la diplomate « n’a mentionné avoir été blessée ou avoir des douleurs », a souligné la police canadienne.
Pourtant, quelques minutes plus tard, une ambulance a été dépêchée auprès de la diplomate, a reconnu la police, sans plus de détails.

8 août 2022

------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article