image

LE CARNET DE NOTES DE BNF

image

Edouard MENDY (6,5) : Pendant plus de 70 minutes, il n’a rien eu à faire. On l’a vu, à plusieurs reprises, s’échauffer loin de sa surface pour garder un peu de rythme. Cela lui a sûrement servi à sortir le seul tir cadré du Cap-Vert dans la partie mais également à trouver Sadio Mané dans la profondeur sur l’action de l’expulsion du gardien adverse. A part ça ? Un match au bord de l’ennui pour lui, le type de piège que les gardiens de but n’aiment pas du tout.

Saliou CISS (5,5) : Il aurait pu être décisif dès le début du match, avec un centre en mouvement bien senti en direction de Gana Guèye mais le ballon a fini sur le poteau. Au fil de la rencontre, l’arrière gauche des Lions a perdu son entrain. Court physiquement, il a gagné la moitié (et donc perdu l’autre moitié) de ses duels avant d’être remplacé par Fodé Ballo Touré à la 82e minute… lui-même remplacé dans le temps additionnel, par Ibrahima Mbaye.

Abdou DIALLO (6)  : Toujours sobre, toujours efficace. Peu de duels, mais il a le mérite de presque (3/4) tous les gagner. Son positionnement intelligent lui permet de couper les circuits de passes potentiellement dangereuses de l’adversaire.

Kalidou KOULIBALY (6) : Mieux. Beaucoup mieux que face au Malawi. Plus autoritaire dans les duels, plus juste dans ses relances, le capitaine des Lions a enfin pris ses marques. La montée en régime annoncée se confirme.

Bouna SARR (6)  : Son influence offensive se réduit au fil des matchs mais l’arrière droit du Bayern reste l’un des éléments de base de l’animation offensive des Lions. Ses centres, notamment sur balles arrêtées, peinent encore à trouver régulièrement les attaquants, mais c’est sur un de ses corners (légèrement dévié par Famara Diédhiou) que Sadio Mané a ouvert la marque.

Nampalys MENDY (6) : La tour de contrôle des Lions. Cette fois-ci, il joue l’intégralité de la rencontre, dissipant tous les doutes sur sa forme physique. Peu de ballons touchés (56) mais des sorties propres qui ont aidé les Lions à avoir une certaine maitrise face à un adversaire très diminué. Reste à voir dans un match de plus grande intensité et face à un adversaire d’un meilleur niveau.

Gana GUÈYE (5,5) : Privé de son compère Cheikhou Kouyaté, le Parisien a joué très proche des attaquants et surtout sur le côté droit, comme un ailier par moments. Ce n’est pas pour autant qu’il s’est montré à son aise sur le plan offensif. Encore loin du Gana Guèye de la Can 2019, il est moins dominant dans les duels (3 duels remportés sur 9). C’est le moins en forme des milieux sénégalais les plus utilisés de cette Can.

Pape GUÈYE (6,5) : L’absence de Cheikhou Kouyaté ne s’est pas fait sentir sur ce match. Peut-être parce que l’adversaire n’était pas vraiment au niveau. Peut-être aussi parce que Pape Guèye a rayonné au milieu et permis une meilleure circulation du ballon. Son jeu long est précieux, sa puissance physique impressionnante (8 duels sur 11 remportés). Il devra tout même se montrer plus juste : 65% de passes réussies, 14 pertes de balles. Alors qu’il aurait pu sortir dès la 20e minute sur une grosse blessure (provoquant ainsi le premier carton rouge contre le Cap-Vert), le Marseillais a résisté jusqu’à la 82e minute. Le retour de Kouyaté risque de donner des maux de tête à Cissé.

Sadio MANÉ (10) : Que serait-il arrivé s’il n’avait pas fait preuve de sacrifice extrême en allant chercher ce duel aérien face au gardien Cap-Verdien, expulsé dans la foulée ? Que serait-il arrivé s’il était sorti juste après avoir été sonné et donc avant d’avoir marqué ce premier but dans le jeu longtemps attendu comme on guette la première pluie en temps de sécheresse ? Match presque parfait pour le 10 des Lions sans qui la prestation offensive du Sénégal est d’une pauvreté inquiétante. C’est vrai qu’il aurait pu faciliter les choses en marquant sur sa première occasion (poteau) en tout début de match, mais on ne va pas chouiner : Sadio Mané est le clutch player de cette équipe.

Boulaye DIA (5,5) : Sur un côté, Boulaye Dia a beau faire preuve de volonté, mais il ne semble pas totalement à son aise. Peu inspiré dans ses appels, brouillon dans ses prises de balle, il subit également la pression de la panne offensive : 1 seul but en sélection nationale (marqué en septembre dernier face à la RD Congo)…

Famara DIEDHIOU (6) : Auteur de quatre buts sur ses trois dernières titularisations, Famara Diédhiou a été stoppé net dans son élan par le virus du Covid 19. Très peu trouvé par ses coéquipiers, il a longtemps été noyé par le bloc bas et dense du Cap-Vert. Quand il y a eu un peu plus d’espace en fin de match, il s’est montré disponible et a été aussi généreux que décisif sur le but du 2-0 en servant Bamba Dieng sur un plateau.

Bamba DIENG (19/20) : La célébration en hommage à Pape Bouba Diop mérite les honneurs. Son audace fait le reste : man of the match.

Par Babacar Ndaw FAYE
Envoyé spécial au Cameroun

26 janvier 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article