image

LE CARNET DE NOTES DE BNF

image

Seyni Dieng (6) : Après 7 ans de présence en sélection, il a enfin découvert la CAN. Le gardien de but QPR a eu droit à une partie qui lui a permis de se mettre en confiance. Ses prises de balles et ses sorties aériennes sont rassurantes. Par contre, il doit améliorer sa relance au pied.

Ibrahima Mbaye (4) : Comme Seyni Dieng, Ibrahima Mbaye commence à durer au sein de la tanière et a très peu d’occasions de jouer sous le maillot national car souvent confiné sur le banc de touche. Quand tous les signes allaient dans le sens de lui offrir du temps de jeu avec les absences de longue durée de Sabaly, Wagué et Gassama qui lui bouchaient l’horizon, il voit débarquer Bouna Sarr. Et quand ce dernier avance pour libérer le poste, il brille tellement que Mbaye semble en être ébloui au point de rater ses contrôles, ses passes, son positionnement…

Pape Abou Cissé (5)  : Sa force, au-delà du fait qu’il est imposant dans les duels, c’est sa grande confiance en soi. C’est un joueur qui dégage une certaine autorité et ça se perçoit dans sa manière d’aborder les duels, parfois à la limite de la suffisance. Ce qui fait que cette grande confiance en soi peut lui jouer des tours. Positionné axe droit, il a autant été intraitable dans les duels que maladroit dans la relance. 16 pertes de balle, une dizaine de relances ratées… Ça fait beaucoup. Face à des adversaires d’un plus grand calibre, le danger serait réel.

Abdou Diallo (5) : Plus sobre que Pape Abou Cissé, le Parisien de la défense a joué simple. Mais le manque de coordination avec son compère de l’axe a failli coûter cher avec des espaces créés dans leur dos et des occasions concédées à Prince Dube et Bruce Kangwa. Circonstance atténuante pour lui et ses coéquipiers de la défense : la ligne de derrière était totalement expérimentale.

Fodé Ballo Touré (5,5)  : Pas une prestation pour faire reléguer Saliou Ciss définitivement sur le banc. Il n’a pas été dépassé défensivement, mais n’a pas été explosif devant non plus. Il a été le moins en difficulté de la ligne défensive.

Gana Guèye (5)  : Capitaine d’une journée en l’ensemble et positionné devant la défense dans un double-pivot avec son compère Cheikhou Kouyaté, l’autre Parisien du groupe a vécu une soirée sans relief. Une grosse occasion manquée après un long une-deux avec Sadio Mané cache mal son manque d’apport offensif sur ce match. Il a semblé jouer avec le frein à main à cause des tâches défensives. Il a voulu aider dans la construction mais son apport fut trop insuffisant.

Cheikhou Kouyaté (4,5)  : Il a touché presque moitié moins de ballons que son coéquipier avec lequel il évoluait sur la même ligne pendant 77 minutes, preuve de la faiblesse de son influence dans l’utilisation du ballon et dans l’apport offensif. Le positionnement a également causé quelques soucis, avec les espaces qui ont exposé la défense. Il s’est mieux senti à l’aise au passage du 433 avec l’entrée de Pape Guèye qui l’a replacé seul devant la défense, où il a aidé à verrouiller le chemin des buts.

Bouna Sarr (7) : En première mi-temps, il a été le détonateur de toutes les actions offensives des Lions. Il a joué juste pendant une heure, trouvé Sadio Mané dans les intervalles et l’a parfois servi dans de bonnes conditions. Retrouver ce poste d’ailier droit qu’il avait abandonné depuis ses années marseillaises ne l’aura pas gêné.

Keita Baldé (4)  : Encore un joker de grillé pour l’ancien attaquant de l’Inter Milan, formé à la Masia du Fc Barça. Il a paru très emprunté pendant le temps passé sur la pelouse. Des passes faciles ratées, des déplacements très problématiques, une relation technique cahoteuse avec ses partenaires de l’attaque. Son manque de confiance et ses faibles prises d’initiative risque de le faire retrouver le banc dès le retour d’autres éléments offensifs.

Sadio Mané (7,5) : Leader. Dans les moments les plus difficiles, il a créé le danger devant, tenté de servir Boulaye Dia, Bouna Sarr et Gana Guèye pour tenter de faire sauter le verrou zimbabwéen. Sadio Mané n’a jamais lâché et c’est tout un symbole qu’il ait pu saisir cette chance inespérée en toute fin de partie. Il a pris ses responsabilités pour transformer, sans trembler, ce penalty. Il en avait marqué 3 en 2021 (sur un total de 5 buts avec les Lions) alors qu’en 2019, il restait sur un double échec à la CAN 2019 au Caire.

Boulaye Dia (5) : Un autre match frustrant pour Boulaye Dia qui s’est montré disponible pour se rapprocher de Sadio Mané et Bouna Sarr avec qui les combinaisons ont par moments été bien sentis. Il très peu servi pour faire la différence devant.

LES REMPLAÇANTS

Habib Diallo : Entré en jeu à la 64e minute à la place d’un fantomatique Keita Baldé, il n’a pas eu beaucoup de ballons à jouer et s’est tout de même rendu coupable de quelques pertes de balles.

Pape Guèye : A l’origine de l’unique but de la rencontre, son entrée a été décisive. Son positionnement haut lui a permis d’être présent devant le but adverse. Son tir dévié de la main dans la surface en toute fin de partie a été salvateur. Encourageant pour la suite.

Babacar Ndaw FAYE
Envoyé spécial au Cameroun

11 janvier 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article