LE CAS DU SÉNÉGAL DÉBATTU

news-details
COP24

Les répercussions dramatiques des effets du changement climatique sur les côtes sénégalaises, étaient au menu des débats de la 24ème édition de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), qui se tient à Katowice, dans le sud de la Pologne.

Selon Mariline Diara, la directrice de l’Environnement et du Développement durable, reprise par l’APS, un problème de financement se pose. Elle plaide pour la concrétisation des promesses de financement des projets d’adaptation dans les pays en développement. « Nous attendons une manifestation beaucoup plus conséquente des appuis car, à chaque COP, il y a toujours des promesses faites. Nous ne voyons pas toujours des retombées ni la transparence sur ces financements supposés être sur la table et qui ne sont pas toujours au rendez-vous », a-t-elle déclaré, en marge d’une rencontre des délégations ministérielles africaines et des experts du climat à la COP 24, sur le thème « Les mécanismes de financements des marchés de carbone. »
Les pays du Nord, a-t-elle souligné, sont toujours attendus pour matérialiser leur « volonté d’appuyer les pays en voie de développement qui ne sont pas à l’origine de ces émissions de gaz à effet de serre ou très peu responsables de cette situation. »

S’agissant du problème d’adaptation aux émissions des gaz à effet de serre, « des efforts d’atténuation nécessaires », doivent être fournies, a-t-elle réitéré. Ce, après, a-t-elle indiqué, le « gros problème d’adaptation aux émissions faites lors des décennies précédentes par les pays développés et qui nous impactent directement. »

A Paris, a rappelé, Mariline Diara, il était prévu de doter les pays en développement d’un fonds de 100 millions de dollars par an. « Aujourd’hui, ils n’arrivent pas encore à ce compte, a-t-elle déploré. « Pour l’aménagement du littoral, nous avons besoin de cet appui autant financier, qu’en experts, au niveau du Sénégal et en Afrique de manière générale ».

Vous pouvez réagir à cet article