LE CONGOLAIS CONSTANT OMARI PREND LE RELAIS D’AHMAD AHMAD JUSQU’AU 12 MARS

news-details
PRÉSIDENCE DE LA CAF

Suite à la sanction du président de la CAF, Ahmad Ahmad, par la chambre de jugement de la Commission d’Éthique indépendante de la FIFA, la première conséquence est intervenue à la tête de l’instance dirigeante du football africain. Constant Omari, le vice-président congolais de la CAF voit ainsi son intérim prolongé.

Avec la maladie (Covid 19) contractée par Ahmad Ahmad il y a quelques jours, suivi de sa période de convalescence, Omari avait déjà commencé à assumer l’intérim du Malgache Ahmad. Il devra poursuivre sa mission intérimaire de président de la CAF et de vice-président de la FIFA, jusqu’au 12 mars 2021, date de la prochaine assemblée générale élective qui désignera le futur patron du football africain, entre Augustin Senghor, Ahmed Yahya, Jacques Anouma et Patrice Motsepe.

La décision est tombée quelques heures après l’officialisation de la sanction de ce dernier. « La CAF et le Président de la CAF prennent acte de cette décision qui met M. Ahmad Ahmad en position de ne plus pouvoir exercer ses responsabilités. En application de ses statuts, la CAF annonce que l’intérim actuel de M. Constant Selemani Omari comme Président de la CAF est de fait prolongé » a annoncé la CAF, via un communiqué. Dans ledit document, l’instance dirigeante du football africain dit s’inquiéter « des conséquences sur sa réputation de cette longue procédure (et) maintient le calendrier de l’ensemble de ses activités et programmes. »

Ce lundi, la chambre de jugement de la Commission d’Éthique indépendante de la FIFA a prononcé contre Ahmad Ahmad, une sanction d’interdiction de toute activité liée au football (administrative, sportive et autre) aux niveaux national et international pour une durée de cinq ans, en plus d’une amende d’environ 121 millions FCFA. Il est reproché, au Malgache, président de la CAF depuis le 17 mars 2017, des violations graves au Code d’Ethique de la FIFA, notamment des cas de détournement de fonds, d’abus de pouvoir et de corruption, avec l’organisation et le financement d’un pèlerinage à La Mecque (Oumra), ses accointances avec l’entreprise d’équipement sportif Tactical Steel et d’autres activités.

Vous pouvez réagir à cet article