LE CONSEIL SUPÉRIEUR DES MAITRES CORANIQUES DÉNONCE LES SÉVICES INFLIGÉS AUX ENFANTS

news-details
ACTUALITÉ

L’affaire du maitre coranique qui enchainait des enfants talibés continue de susciter des réactions même si l’affaire est pendante devant la justice. Le Conseil Supérieur des Maitres Coraniques du Sénégal s’est fendu d’un communiqué, ce jeudi, pour déplorer « toute forme de violence faite sur des enfants en situation de scolarité, dans les maisons, dans la rue et dans les écoles, que celles-ci soient formelles ou coraniques ».

Le président dudit conseil, Amadou Tidiane Talla estime qu’en ce début de 21ème siècle, l’on devrait dépasser certains actes de maltraitance parce qu’on peut éduquer et enseigner un enfant sans l’enchainer ou utiliser une autre forme de violence. Pour lui, le grand défi qui se pose est d’amener l’Etat à trouver des solutions aux grands maux de l’école coranique. Lesquels ont pour nom manque de réglementation, défaut de formation pédagogique des maitres et la dispersion des programmes entre autres.

Manque de visibilité dans le système éducatif

« Le Conseil supérieur des MC du Sénégal prend l’Etat pour responsable de la question des écoles coraniques qui ne devraient pas être des institutions entièrement à part, mais bien des institutions à part entière, d’autant que la grande majorité des parents les préfèrent aux autres types d’écoles qui reçoivent l’essentiel des 40% de notre budget national », a fait savoir M. Talla qui, dans le même sillage, relève que les écoles coraniques manquent de visibilité dans le système éducatif de du pays, à l’image de l’Inspection des Daara dont les moyens sont insignifiants au regard des missions qui sont les siennes.

« Cette situation doit trouver, rapidement, une solution rapide et concrète qui n’occulte pas le Projet de loi portant statut des Daara, la formation pédagogique des maitres et le doter des subventions aux écoles coraniques. C’est à cette condition, entre autres, que notre pays atteindra l’éducation de qualité et adaptée pour tous les enfants du Sénégal », a soutenu le président du Conseil.

Plaidoirie pour la libération du maitre coranique Cheikhouna Guèye

Qui demande au Chef de l’Etat de poursuivre et de renforcer son programme de construction des salles et des dortoirs dans les écoles coraniques, de financement et de mise en place des cantines scolaires, anticipant ainsi les dispositions du projet de loi portant statut des Daara.

Par ailleurs M. Talla et ses camarades demandent à l’Etat, aux juges et à l’opinion publique de libérer le maitre et ses complices et de tout faire pour que l’ensemble des maitres coraniques soient formés en législation de Daara. Ce, pour que ces pratiques cessent à tout jamais dans notre pays.

Vous pouvez réagir à cet article