LE CONSERVATEUR ET SON ADJOINT DEMIS DE LEURS FONCTIONS

news-details
EXPLOITATION ILLÉGALE D’OR

Les autorités étatiques du pays veulent tirer au clair cette affaire d’exploitation illégale de l’or au parc Niokolo Koba de Kédougou. C’est pourquoi, après l’ouverture de l’enquête, plusieurs personnes ont été arrêtées et 21 parmi elles, dont le conservateur du parc et son adjoint, ont été inculpés et placés sous mandat. En effet, ce dimanche, à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de l’environnement, Abdou Karim Sall, ministre de l’Environnement a été interpellé sur la question. « Cette affaire est actuellement pendante au niveau de la justice. Je ne vais pas me prononcer outre mesure sur cette question. Je sais que les personnes impliquées dans cette affaire à un certain niveau, c’était le conservateur du parc de Niokolo Koba et son adjoint. Les mesures conservatoires ont été prises pour les remplacer et la décision a été signée la semaine dernière », a expliqué le ministre. Qui ajoute : « Aujourd’hui ceux qui sont chargés de les remplacer sont en route pour pouvoir valablement prendre position et continuer le travail qui les attend ».

Dans le même sillage, il a annoncé qu’ils vont, du 24 au 28, séjourner dans la région de Kédougou pour constater par nous-mêmes les dégâts. C’est-à-dire ces attaques qui sont faites en direction du parc et qui le dénaturent de manière irréversible. Pour rappel, c’est suite à une dénonciation anonyme faisant état d’une intense exploitation illicite d’or entretenue par des Chinois en complicité avec de hauts responsables de services techniques de la région de Kédougou que ce réseau a été démantelé. Cette exploitation se faisait à l’intérieur du patrimoine mondial de l’Unesco et réserve de la biosphère de 1981. C’est avec le lieutenant Sultan Diop, de connivence avec le conservateur du parc, que des chinois ont été autorisés à extraire de l’or moyennant 12 à 16 millions par semaine. Il est d’ailleurs dit que le conservateur du parc, Amar Fall recevait, chaque semaine, 500 000 francs CFA, en plus d’une somme qu’il recevait par tranche, après chaque vente d’or. Les inculpés sont poursuivis pour association de malfaiteurs, corruption et infraction au code des mines et de l’environnement et complicité desdits chefs.

Vous pouvez réagir à cet article