image

LE CORPS D’IBRAHIMA SY PRESQUE DÉMEMBRÉ, RETOUR SUR UNE BOUCHERIE

image

A Keur Massar, la famille du défunt Ibrahima SY, charretier, 22 ans et tué lors d’une bagarre, rumine sa colère. « Notre frère a été attiré dans un guet apens. Nous sommes formels, des charretiers nous l’ont confié », s’étrangle son frère, Mamadou Bâ. Selon ce dernier, repris par L’Obs, il est victime de son « ascension fulgurante ».

« Certes, il était charretier et travaillait beaucoup. Une ténacité qui lui a permis d’acheter d’autres charrettes qu’il louait à ses autres camarades, sans compter le scooter qu’il s’était payé et qui a suscité de la jalousie dans le milieu des charretiers. »

A l’en croire, « il y a eu un différend lorsque Bathie (le présumé meurtrier) qui venait souvent chez nous, a endommagé le scooter. » L’engin endommagé a crée une vive engueulade entre les amis, qui ne se piffaient plus après. « Jusqu’à mercredi, rembobine le frère. Lorsque Bathie a organisé un guet-apens en invitant Ibrahima SY à le rejoindre à leur lieu de rencontre habituel, armé de sabre… »

D’ailleurs, étant le premier membre de la famille à se pencher sur le corps de son défunt frère, à la morgue de l’hôpital Aristide Le Dantec, dans la nuit du 8 au 9 décembre, il révèle avoir recensé une dizaine de blessures toutes causées par arme blanche.

Le rapport d’autopsie effectuée au service d’anatomie cytologie pathologique de l’hôpital A. Le Dantec fait état d’une mort survenue à la suite de multiples plaies pénétrantes du cou thorax et des membres supérieurs avec section des vaisseaux du cou, hémorragie externe abondante à la suite de coups et blessures par arme blanche.

« Le corps n’était pas beau à voir », a confirmé Bâ, décrivant un corps presque démembré et une main coupée. Le défunt, Ibrahima SY, a été enterré hier, au cimetière de Boune.

Fa Coumba G. alias Bathie est retenu, lui, à la gendarmerie de Keur Massar.

Dié BA

12 décembre 2021


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article