image

« LE DÉBAT QUI VAILLE, ... » (PR MBAYE THIAM)

image

Après deux semaines de cavale, Pape Mamadou Seck a été arrêté, le dimanche dernier à Darou Karim, dans le département de Mbacké. Une arrestation donc se réjouit le Pr. Mbaye Thiam, en dépit des polémiques qui se sont soulevé sur son probable assassinat tout en déplorant la révélation de son dossier médical. Invité dans l’émission matinale de Itv, l’universitaire reproche le pouvoir et l’opposition aux jeu dangereux auxquels ils s’adonnent.

Le fugitif Pape Mamadou Seck avait été transféré au pavillon spécial de l’hôpital le Dantec pour raison de maladie grave. Il a été annoncé qu’il souffrait d’une insuffisance rénale et soumis à une dialyse. Ce dont personne n’a le droit de dire, selon Pr Mbaye Thiam qui a mis sa casquette d’archiviste. « La loi d’archive de 2006, au Sénégal, stipule, sur le secret médical que, quand une personne tombe malade, celui qui dévoile le contenu de son dossier médical est passible de la prison. Les dossiers médicaux, les dossiers militaires et de police sont protégés entre 80 et 120 ans après la naissance de la personne concernée », a-t-il précisé.

Pour le chroniqueur de iTv et iRadio, le seul débat qui vaille, ce sont les conditions dans lesquelles le membre présumé de la « Force spéciale » s’est évadé. Analysant la gravité de la situation, l’universitaire reproche au pouvoir et à l’opposition de s’adonner à des jeux dangereux. « Si ce qu’on leur reproche n’est pas vrai, et que c’est un complot ourdi par le gouvernement comme le disent leurs partisans, c’est encore plus grave. Cela veut dire que l’État du Sénégal a le courage d’introduire dans le pays des méthodes politiciennes ou bien fomenter des coups et arrêter des personnes comme des présumés terroristes, avec tout ce que ce mot englobe. Sinon utiliser des moyens violents pour prendre le pouvoir, et tout ce que cela englobe comme risque et enjeux.

Dans les deux cas, c’est extrêmement grave », poursuit-il. D’après Pr Mbaye Thiam, les politiciens sénégalais sont habitués au fait que tout ce qu’ils font doit se régler sans la justice. Il propose d’ailleurs qu’on fasse un code pénal pour les citoyens sénégalais et un autre pour les politiciens. « Ce sera une justice pour les uns et une compromission pour les autres. Car tout ce qui se passe, on dit qu’il faut s’asseoir autour d’une table pour en discuter. C’est ce qui s’est passé dans l’affaire Me Sèye jusqu’à présent rien n’est encore clair. Chaque fois qu’un opposant est arrêté, on parle de protocole de ceci et protocole de cela ; or c’est prendre le peuple pour un canard boiteux », a-t-il martelé.

Fodé B. CAMARA

26 juillet 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article