LE DELTA DU SALOUM PERD 2 MILLE HECTARES DE SA MANGROVE

news-details
ENVIRONNEMENT

« D’une superficie de 55 mille hectares, le Delta du Saloum, a, au cours de ces dernières années, perdu 2 mille hectares de son écosystème de mangrove du fait de plusieurs actions anthropiques principalement ». L’alerte est sonnée par le chef du Bureau Foundiougne de Wetlands, Mamadou Diouf, ce lundi, 24 juin, en marge des travaux d’évaluation des plans d’actions de 27 clubs environnement sélectionnés dans le cadre du Programme Mangrove capital Africa. Au cours duquel, au total, 54 enseignants et 810 élèves de 27 établissements scolaires de l’Inspection d’académie (IA) de Fatick, ont été formés et sensibilisés sur l’importance et la préservation de la mangrove, rapporte l’APS.

« Ces pertes malheureusement, a-t-il déploré, ne vont pas s’arrêter puisque les menaces sont encore là, avec l’action anthropique caractérisée par des coupes de bois, mais également par les infrastructures, comme les routes, les ponts, et le port de Foundiougne qui se développent. » A l’en croire, « l’exploitation pétrolière en vue avec la plateforme de Sangomar qui va se développer dans cette zone où nous avons des Aires marines protégées (AMP) », ne va pas arranger les choses.

Delta de rivière au Sénégal où le Saloum se jette dans l’océan Atlantique, la réserve est inscrite au patrimoine mondial depuis 2011 et la zone est protégée par le parc national du delta du Saloum.

La mangrove, en dehors des fonctions économiques, joue aussi « la fonction de régulation naturelle comme la séquestration du carbone, plus que les forêts continentales », a rappelé Diouf. Qui a insisté sur les actions alternatives portant sur « des activités pourvoyeuses de revenus comme l’élevage d’huitres, la formation et la sensibilisation de parlementaires » pour préserver l’écosystème marin.

Vous pouvez réagir à cet article