LE DG DE L’ANAT DÉTAILLE LE NOUVEAU PLAN D’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE

news-details
SÉNÉGAL

Validé le 24 janvier dernier, le nouveau plan d’aménagement du territoire du Sénégal ambitionne de développer le Sénégal à partir de ses territoires par une bonne structuration de l’espace et une valorisation de ses ressources. Ce, afin de corriger les disparités territoriales et les mauvais découpages administratifs. L’assurance est donnée par Mamadou Djigo, le Directeur général de l’Agence nationale de l’aménagement du territoire (ANAT), dans une interview accordée au journal L’As.

Un des grands axes du nouveau plan : Changement de statut de Dakar

« Pour élaborer le plan d’aménagement, nous avons tenu 14 Comités régionaux de développement (CRD), et après le diagnostic, nous avons encore tenu 14 autres réunions. Il y a eu énormément de difficultés liées aux découpages administratifs. En réalité, il y a eu des découpages qui n’étaient pas motivé par le développement mais plutôt par la politique politicienne. On a fait des découpages sans aucune étude et sans une base technique. Ce qui a enfanté des territoires qui ne sont pas viables. Il faut reconnaître aussi que dans les anciennes communautés rurales, il n’y avait pas de limites. Sur ce plan, nous avons proposé dans le cadre de la gouvernance territoriale, la correction de toutes les incohérences. Le ministère des Collectivités territoriales, en collaboration avec le ministère de l’Intérieur à travers (l’ANAT), et la Direction générale de l’Administration territoriale (DGAT), a mis en place une stratégie de correction des incohérences.

Il y aura de nouveaux découpages, et le métropolisation. Mais sur les limites des anciennes communautés rurales, les difficultés sont liées à la rédaction des décrets. C’est la raison pour laquelle nous avons prévu de rédiger tous les décrets. Ainsi, au lieu d’utiliser des marqueurs qui peuvent disparaître, nous allons mettre des points géographiques. »

Dans le cadre de la hiérarchisation fonctionnelle des établissements humains, le plan propose 5 niveaux. (Par exemple), « Dakar sera une métropole internationale ». Par ailleurs, il est prévu « 10 métropoles d’équilibre et d’autres régionales. Il y aura aussi des centres relais (pour) développer le territoire. »

En termes clairs, « des remodelages sont en train d’être faits parce que la gouvernance de certaines de nos grandes villes n’est plus adaptée. Par exemple : Le continuum Dakar-Pikine-Guédiawaye jusqu’à Diamniadio ».

La loi d’orientation sera votée en avril prochain pour un plan estimé à 2,5 milliards F CFA.

Vous pouvez réagir à cet article