LE DG DE MACHALLAH ATTRAIT A LA BARRE PAR CORIS BANK

news-details
Escroquerie

M. Sèye, directeur général de la société Machallah, a comparu à la barre du tribunal de grande instance de Dakar pour répondre des faits d’escroquerie portant sur 35 millions et de faux et usage de faux dans un document administratif. Il ressort des débats d’audience que la structure Coris Bank est à l’origine de la plainte contre le Dg.

La banque avait financé M. Sèye pour un marché qui lui a été attribué par la Lonase. Il est encore revenu auprès de la banque pour solliciter un autre prêt de 72 millions de F CFA. Le directeur a reçu une avance de 35 millions. Cependant, la banque s’est rendue compte plus tard que les papiers déposés par M. Sèye en guise de garantie étaient faux. Pis, la Lonase a notifié à la banque qu’elle ignore tout de ce contrat. C’est sur ces entrefaites que le directeur a demandé la rupture du contrat avant de verser une somme de 20 millions à la banque comme avance.

Malgré cela, Coris Bank a saisi la justice et le Dg a été attrait à la barre. Il a nié les faits qui lui sont reprochés arguant qu’il a souvent l’habitude de travailler avec la Lonase et Coris Bank. Toutefois, il a indiqué que le marché en question lui a été donné par un ami proche du directeur général de la Lonase. Mais lorsqu’il a su qu’il y’avait un problème, dit-il, il a écrit une lettre de dénonciation à la banque.

« J’ai versé 5 millions devant le procureur et 6 millions à la barre. En plus, la banque a saisi une de mes voitures », a soutenu le mis en cause. Pour sa part, la partie civile réclame 30 millions en guise de réparation du préjudice. Faisant son réquisitoire, le maître des poursuites estime que les faits ne sont pas constitués.

Ainsi, a-t-il requis la relaxe en faveur du prévenu. Les avocats de la défense ont abondé dans le même sens que le représentant du ministère public. Selon les robes noires, on est en face d’une dette civile qui a mal tourné. En rendant sa décision, le tribunal a relaxé le prévenu du délit de faux et usage de faux. Il a été reconnu tout de même coupable d’escroquerie avant d’être condamné à 3 mois avec sursis. En plus de cette peine, il doit verser la somme de 10 millions à la plaignante.

Vous pouvez réagir à cet article