image

LE DIAGNOSTIC SANS COMPLAISANCE DE "SENEGAL BI ÑU BËGG"

image

La plateforme Avenir Senegal Bi Ñu Bëgg a procédé à une analyse de la situation politique et sociale du pays. Dans un communiqué de presse, elle a commencé par dénoncer et regretter le traitement dégradant infligé par des rebelles du MFDC à des militaires sénégalais de la force de la Cedeao positionnée en Gambie. La plateforme apporte son soutien ferme à l’armée nationale et l’encourage à poursuivre ses opérations en cours pour démanteler toutes les bases rebelles et mettre un terme à l’insécurité dans la région Sud du pays ainsi qu’au pillage des forêts. Elle demande à l’État de mettre en place un plan efficace pour la sécurisation et la prise en charge des personnes déplacées, le désenclavement effectif et le développement de la Casamance.

S’agissant de la vie politique nationale, la plateforme s’est penchée longuement sur le processus devant mener aux élections législatives. Elle s’est appesantie notamment sur le parrainage et s’est indignée devant la tentative du pouvoir de biaiser le jeu démocratique en utilisant ce procédé discriminant, condamné par la Cour de justice de la CEDEAO. « La plateforme condamne la violence exercée sur les activistes et acteurs politiques et de la société civile qui manifestaient contre le parrainage et demande à l’État d’ouvrir rapidement une enquête sur les cas de torture et de traitements inhumains et dégradants qui seraient infligés à ces derniers par des forces de l’ordre », a écrit le document. Avant d’inviter l’État à respecter les décisions des instances supranationales, conformément à la constitution, y compris celles relatives à l’Arrêté Ousmane Ngom et aux cas de M. Karim Wade et Khalifa Ababacar Sall.

Pour finir, la plateforme Avenir Senegal Bi Ñu Bëgg a salué la position courageuse du Sénégal dans le conflit russo-ukrainien consistant à refuser un alignement aveugle sur l’Occident qui ne fait que défendre ses intérêts géopolitiques et ses convictions civilisationnelles. Les conséquences économiques qui découlent déjà de cette crise viennent s’ajouter à celles induites par la pandémie du coronavirus. Elles nous montrent notre grande dépendance aux produits importés, notamment ceux de première nécessité et l’urgence de changer de paradigme faisant le choix de la souveraineté, de l’autosuffisance alimentaire et de l’industrialisation de notre pays.

Cheikh Moussa SARR

8 avril 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article