image

LE DIPLOMATE MANKEUR NDIAYE SONNE L’ALERTE

image

Dans deux mois, presque jour pour jour, les électeurs sénégalais vont aller aux urnes pour choisir leurs députés. Une élection à multiples enjeux, mais avec un dénominateur qui est, aussi bien pour le camp de la majorité comme pour celui de l’opposition, d’avoir une majorité confortable pour bien aborder le dernier virage qui à la présidentielle de 2024. Suffisant pour voir les forces en présence faire monter les enchères et jouer à se faire peur dans un contexte de validation ou de refus de listes proposées par les partis ou coalitions de partis politiques. Avec en première ligne le duel à fleuret moucheté qui oppose la coalition au pouvoir le Benno Bokk Yaakaar et la principale force de l’opposition le Yewwi Askan Wi.

Suffisant pour l’ancien patron de la diplomatie sénégalaise et surtout ancien Représentant spécial du Secrétaire général pour la République centrafricaine (RCA) et Chef de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA).

Le mandat de l’ONU qu’il a eu pendant un certain nombre d’années pour aider un pays plongé dans une profonde crise institutionnelle à sortir des l’ornières, le diplomate Mankeur Ndiaye est mieux placé que quiconque pour apprécier à sa juste valeur la situation de tension politique que vit le Sénégal. C’est ainsi, qu’avec la stratégie que l’on connaît des diplomates, il a utilisé son compte twitter pour lancer un appel à ses concitoyens.

« Chers compatriotes, les élections n’ont de sens que si le pays existe », alerte-t-il. D’autant plus que pour lui, « avec ces clameurs qui résonnent de partout, il n’y a rien de bon en perspective ». Ne voulant pas s’arrêter à la sonnette d’alarme, l’ancien ministre des Affaires étrangères trace une feuille de route : « Assoyons-nous et discutons pour trouver des solutions politiques consensuelles et aller aux élections de manière inclusive », préconise-t-il.

M. THIOBANE

1er juin 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article