LE DISCOURS RÉPUBLICAIN DU MAIRE SOHAM EL WARDINI À L’INAUGURATION DU TER

news-details
DAKAR

Elue maire de Dakar en remplacement de Khalifa Sall, Soham Wardini a prononcé le mot de bienvenue à l’endroit du chef de l’Etat, Macky Sall. Lequel elle a tenu à remercier. Retour sur le discours républicain de l’édile de la capitale, soutien de taille de l’opposant Khalifa Sall.

« C’est un réel plaisir pour de vous accueillir sur cette place du tirailleur, place mythique où Demba et Dupont côtoient avec harmonie la gare de Dakar. Cette œuvre architecturale historique dont la réhabilitation donne plus d’éclat à cette partie de notre ville. Je tiens particulièrement à remercier Macky Sall, président de la République, pour m’avoir invitée à prononcer le discours de bienvenue de cette cérémonie d’inauguration du TER. J’y réponds avec plaisir par le sens républicain de cette cérémonie. »

« En effet, je vois dans ma présence et celle de mes collègues maires (elle était assise à côté du maire de Dakar-plateau, Alioune Ndoye) aux côtés des plus hautes autorités de l’Etat, le symbole qui conjugue l’unité de l’Etat et de l’action publique au service des populations. Chaque fois que l’Etat réalise un projet, ce sont nos territoires et nos populations qui en sont les bénéficiaires. Quel bel exemple que le TER qui va sensiblement améliorer la mobilité dans toute l’agglomération dakaroise. En effet, le TER va traverser plusieurs villes et communes et permettra aux populations de Diamniadio, Bargny, Rufisque, Guédiawaye et Pikine de réduire les temps de trajet pour entrer et sortir de Dakar. »

« Outre ce gain de temps pour les voyageurs, le TER aura un impact certain sur la compétitivité de nos entreprises et le rendement des élèves et les travailleurs de ces villes et communes. En tant que collectivités territoriales, nous sommes dans l’Etat. Les collectivités territoriales n’ont ni vocation, ni ambition à se substituer à l’Etat mais dans être le respect des compétences fixées par le Code général des collectivités territoriales. C’est un bout des missions de l’Etat. Et dans les leviers qui prolongent l’action de l’Etat, les collectivités territoriales ont besoin de l’accompagnement et de l’appui de l’Etat pour répondre aux exigences de plus en plus nombreuses et complexes de la gouvernance de proximité. »

Vous pouvez réagir à cet article