LE GOUVERNEMENT COUPE LE SIGNAL DE L’OPÉRATEUR COMIUM

news-details
Gambie - Télécoms

Après avoir servi une mise en demeure de deux semaines, le gouvernement gambien a mis à exécution sa menace, à compter d’hier, en suspendant la licence d’exploitation de Comium, le quatrième opérateur de télécom du pays pour défaut de paiement de taxe. Dans un communiqué, l’autorité de régulation des télécommunications du pays indique que l’année en cours constitue la deuxième année consécutive que la société libanaise filiale du Comium group Luxembourg, n’a pas payé ses obligations de taxe, évaluées à 65 millions de dalasi, environ 700 millions de FCFA. Quelle suite entre le gouvernement et cette société qui opère dans le pays depuis 15 ans et qui dispute un marché très restreint avec trois autres sociétés télécoms ? L’avenir de la société est en points de suspension, résume une source avisée.

Le couperet est tombé, mardi dernier. Après avoir servi une mise en demeure de quelques semaines, l’Autorité de régulation des services publics de Gambie (PURA) a décidé de suspendre la licence d’exploitation de l’opérateur de téléphonie mobile Comium. Elle reproche à la société libanaise de non-paiement de ses frais de licence télécoms, de ses redevances de spectre pour la période 2020 et 2021. Le montant dû est évalué en tout à 69 millions de dalasi, quelque 700 millions de FCFA.

Selon Yusupha Jobe, le nouveau directeur général de la PURA, la suspension des activités de Comium était devenue inévitable, après avoir dit-on « épuisé tous les recours en autorisant et en accordant des extensions infinies ».

La chargée des affaires juridiques de l’autorité de régulation d’expliquer qu’il n’a aucun désir d’exposer les abonnés de Comium à des pertes importantes. C’est dans ce cadre que tous ses abonnés ont été invités à contracter les services d’un autre opérateur télécoms comme fournisseur de services alternatif.

La société Comium serait-elle victime d’une concurrence rude ou subirait-elle les conséquences de la conjoncture économique touchée de plein fouet par la pandémie ? En 15 ans de présence dans le pays, l’opérateur a peiné à s’épanouir.

Près de 150 000 abonnés affectés

Le marché de téléphonie gambien était jusque-là très disputé et fort de quatre opérateurs : Qcell, Comium, Africell et Gamcel. Le départ du marché télécoms de l’un des acteurs pourrait relancer à nouveau la concurrence dans un pays où le taux de pénétration du mobile est de 164,1%, selon les autorités.

Dans un communiqué de presse rendu public ce mercredi, Comium se dit disposé à payer ses arriérés à l’autorité de régulation du pays grâce à ses partenaires si l’Etat consent à lever la suspension qui affecte aujourd’hui près de 150.000 abonnés, d’après la compagnie de télécom.

Mais ce geste de bonne volonté suffirait-elle à faire plier la PURA ? Pas si sûr.

Depuis ce jeudi matin, les locaux de Comium sont assiégés, l’accès interdit à son personnel jusqu’à nouvel ordre, indique une source sécuritaire.

Vous pouvez réagir à cet article