image

LE GRAND RETOUR DE WASIS DIOP APRÈS 7 ANS D’ABSENCE

image

Wasis Diop fait partie des artistes africains les plus recherchés et admirés sur la scène musicale internationale. Il sera à Dakar dans les prochaines heures avec un nouvel album « De la glace dans la gazelle ». Il donne un concert ce 7 à l’Institution français de Dakar.

Il est considéré comme le grand poète et explorateur musical sénégalais, l’un des plus grands compositeurs du continent africain. Wasis Diop puisque c’est de lui qu’il s’agit est un artiste auteur compositeur fait son comeback sur la scène nationale après sept ans avec un nouvel. Un opus de onze titres intitulé « De la glace dans la gazelle », où l’auteur de « L’ergot de coq » renoue avec la sonorité de la musique du film Hyènes Wasis Diop reprend sa guitare électrique, comme au temps de West African Cosmos, son premier groupe, qui avait commis un seul disque « afro-pop » en 1973, resté dans les annales. Il aborde des thèmes actuels tels que les réfugiés ou la pandémie. « Reflet d’un voyage intérieur », il a notamment travaillé avec sa fille et réalisatrice, Mati Diop, sur le clip de Voyage à Paris, une chanson dédiée à sa ville de résidence. L’artiste sera à Dakar où il va donner un concert ce 7 à l’Institut Français de Dakar au niveau du jardin.

Les mélomanes nostalgiques sont impatients de voir de produire leur artiste sur sa terre natale. Sa musique est une musique d’écoute qui fait voyager, philosophique qui fait réfléchir. Ce qui lui a valu un riche répertoire même au niveau du cinéma pour avoir composé beaucoup de musique de films. Entre autres, « N’tturudu » en 1986, « Hyènes » de Djibril Diop Mambety en 1992, « Samba Traoré » 1992 , « Yalla yaana », 1992. La liste est loin d’être exécutive on peut citer aussi « TGV » en 1998, « Tourbillon » 1998, « La Petite Vendeuse » de soleil 1999, « Les Couilles de l’éléphant » 2001, « Lingui, les liens sacrés » de Mahmat Saleh Haroun en 2021 etc.

Wasis Diop, une histoire

Wasis Diop est né vers 1950 à Dakar au Sénégal où son père est un haut dignitaire issu de l’ethnie des Lébou. Il est élevé avec ses nombreux frères et sœurs dans le quartier de Colobane. C’est là que vers 14 ans, il se met à la guitare. N’étant pas issu d’une famille de griots, il n’est pas très facile pour lui de se lancer dans la musique. C’est pour cette raison qu’il quitte le Sénégal au tout début des années 1970 pour la France. Vers 1974, Wasis rencontre un autre musicien sénégalais originaire de Guinée-Bissau, Umban Ukset. Ensemble, ils jouent d’abord en duo puis en viennent à créer une véritable formation, West African Cosmos. Bien longtemps avant ce qu’on appelle la world music, West African Cosmos fusionne les sonorités occidentales et africaines et fait de l’afro-jazz. Pendant des années, le groupe ne cesse de tourner à travers le monde et sort un album sur le label Cbs. Wasis Diop quitte le groupe en 1979 pour travailler seul. Il continue cependant de donner quelques concerts avec eux jusqu’en 1981. Mais, cette période est surtout consacrée aux voyages. Il se retrouve au Japon où il rencontre Yasuaki Shimizu, un musicien japonais avant-gardiste et avec lequel, il travaillera souvent dans les années à venir. Mais surtout, entre 1979 et 1980, il s’installe huit mois en Jamaïque où la scène reggae est alors en train de sortir de ses frontières.

Très ami de la mère de Bob Marley, Cedella, Wasis se lie aussi d’amitié avec Jimmy Cliff. Il enregistre même un album d’un style étrange, le reggae-punk, avec le groupe Autocar. En 1980, il quitte l’île et s’installe à nouveau en France.

Adama Aidara KANTÉ

6 janvier 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article