LE MALI DÉPÊCHE UNE DÉLÉGATION À DAKAR ET VEUT POURSUIVRE LA COMPÉTITION

news-details
TOURNOI UFOA U20 ZONE A

Soutenus par leur tutelle, Mossa Ag Attaher, le ministre de la Jeunesse et des Sports du Mali, les Aiglons ne badinent pas. La Guinée Bissau déclarée vainqueur après que plusieurs joueurs et encadreurs de sa sélection junior ont été testés positifs au coronavirus, le Mali campe, en effet, sur sa position de poursuivre le tournoi UFOA U20 Zone A qu’abrite le Sénégal depuis hier vendredi, 21 novembre.

"Le Mali n’entend pas se retirer de la compétition et reste uni derrière les ’’Aiglons’’ jusqu’à la fin du tournoi", lit-on dans la note signée par Amadou Diarra Yalcouye, le Secrétaire général du ministère susmentionné.

Le document, parvenu à Emedia, précise qu’aussitôt informés, le ministre de la Jeunesse et des Sports, en déplacement à Kayes, et Mamadou Touré dit Bavieux, le président de la Fédération malienne de football (FEMAFOOT), sont rentrés en contact avec les autorités sénégalaises, l’UFOA et la CAF "afin d’apporter la meilleure assistance sanitaire possible" à leur sélection.

Par ailleurs, une cellule de crise a été mise en place au niveau de la FEMAFOOT "afin de coordonner les actions liées à cette situation exceptionnelle." A ce jour, indique toujours le document, sept joueurs et huit membres de l’encadrement technique de ladite sélection ont été testés positifs.

Saluant "l’assistance hospitalière et fraternelle des autorités sénégalaises", la partie malienne n’en souligne pas moins que Bavieux, accompagné des joueurs remplaçants et d’un staff technique, s’est rendu ce jour même au chevet des ’’Aiglons", au Sénégal.

Ainsi, "le gouvernement du Mali, qui ne ménagera aucun effort pour une prise en charge intégrale, tiendra l’opinion nationale informée de toute évolution concernant la situation de la sélection nationale junior".

Rappeler que pour cette compétition le vainqueur décrochera l’unique ticket qualificatif à la Coupe d’Afrique des nations (CAN) des moins de 20 ans, en Mauritanie,

Une affaire à suivre.

Vous pouvez réagir à cet article